Copy
Voir cet email dans votre navigateur

Compte rendu de notre action lors du
Conseil métropolitain du 30 juin 2022

Laurence GERBET et Emmanuel BICHOT

Madame, Monsieur,
Chers amis, 


Voici en quelques points le résumé de notre action lors du Conseil métropolitain du 30 juin 2022 :

Confrontation sur la politique de stationnement à Dijon


Parallèlement à l'extension des zones de stationnement payant, la majorité métropolitaine a augmenté le forfait post stationnement (FPS) de 47 % ! Désormais 25€ au lieu de 17€, en paiement immédiat (72 heures). Les tarifs du stationnement en surface sont augmentés d’environ 10 % au 1er octobre.
Les ménages équipés d’une voiture : 70 % à Dijon, 75 % dans la métropole, ne sont pas tous des nantis, mais en tout cas les vaches à lait de la municipalité ! Ce sont toujours les classes moyennes qui trinquent.

« J’aime la voiture, surtout quand ça rapporte ! » déclarait le maire de Dijon en 2018. Il aime aussi la voiture de fonction avec chauffeur. Et il se permet de rajouter que, dans sa rue, « les habitants ne sont pas à 10€ près par mois. » Tant mieux pour lui et pour eux.

Les recette du stationnement ont été multipliées par trois à Dijon en 4 ans.

Notre contre-projet, présenté par Laurence Gerbet lors de ce conseil, vise à assurer la rotation des véhicules et la fluidité de la circulation, sans prélèvements excessifs :
  • Fixer le FPS à 17€ (comme Orléans), de toute façon majoré de 50€ si non payé après trois mois
  • Gratuité de la 1ère 1/2 heure en zone courte durée, de la 1ère heure en zone longue durée
  • Proposer un forfait résident annuel de 60€ en longue durée et 120€ en centre-ville, moitié moins que le coût sur un an du forfait mensuel (10 et 20€ par mois respectivement)
  • Étendre le forfait résident en zone longue durée aux commerçants

La collectivité doit-elle payer pour un procès en diffamation ?


Monsieur Francois REBSAMEN fait l'objet d'une plainte en diffamation pour des propos tenus à l'encontre de l'ancien directeur général de Dijon Congrexpo.

Il a demande au conseil de métropole l’octroi de la protection fonctionnelle, c’est-à-dire la prise en charge par Dijon métropole de ses frais d’avocats et des sommes qu’il pourrait être condamné à verser dans cette affaire.

Notre groupe considère que l’octroi de cette protection fonctionnelle est illégitime, car les faits ne relèvent pas des compétences de la métropole - qui ne gère pas le Parc des Expositions - et la faute alléguée revêt un caractère personnel dans un contexte de règlement de compte politique.
Le quartier de la Fontaine d’Ouche doit rester desservi par les transports en commun


Depuis jeudi 30 juin au soir, le quartier de la Fontaine d’Ouche n’est plus desservi par les transports en commun après 20 h, au moins jusqu’au 18 juillet. Les lignes Corol et L3 s’arrêtent en lisière du quartier.
La cause en est, sans surprise, le regain de tensions dans le quartier depuis plusieurs jours, avec des tirs de mortiers sur les forces de l’ordre et des guets-apens tendus aux pompiers. 
 
La décision de retrait prise par Divia, pour protéger son personnel et ses passagers, peut parfaitement se comprendre. En revanche, la municipalité de Dijon et la Préfecture n’ont pas le droit de baisser les bras et de capituler devant cette situation. Où sont le maire de Dijon, ses principaux adjoints, le délégué pour ce quartier, le député ?
 
Le quartier de la Fontaine d’Ouche ne doit pas basculer dans une zone de non-droit, où les dealers et délinquants imposent leur loi. Il ne faut pas céder un pouce de terrain. Ses habitants, dont la plupart subissent cette situation, ne sont pas des citoyens de seconde zone. 
 
Depuis des années, nous alertons sur le fait qu’investir des sommes astronomiques (120 millions d’euro) dans la rénovation urbaine du quartier ne suffira pas à ramener l’ordre et la tranquillité publique.  Il faut changer la politique de peuplement et déployer des moyens exceptionnels puis permanents pour lutter contre les trafics et rétablir l’ordre républicain.
 
Nous demandons une présence policière permanente au cœur du quartier, avec un commissariat commun réunissant police nationale et police municipale.

Nous proposons également depuis des années une police métropolitaine des transports. Le président en accepte le principe, mais rien n'a été fait.
 
Dans l’immédiat, nous demandons qu’un dispositif de crise soit mis en place et les moyens nécessaires mobilisés pour rétablir dès lundi la desserte du quartier le soir. L’instauration d’un couvre-feu au-delà d’une certaine heure plus tardive doit être décidée si nécessaire.
 
Ce quartier mérite mieux qu’une mise en scène  électorale le temps des élections présidentielles, pour être relégué aussitôt après dans l’indifférence et la résignation.

Suivez toute notre actualité sur le site internet agirensemblepourdijon.fr.

Je vous remercie pour votre confiance, et espère vous revoir très bientôt.
 
Bien fidèlement,
 
Emmanuel BICHOT
Président d’Agir ensemble pour Dijon – Droite, Centre et Indépendants
Président d’Agir pour Dijon

Courriel
Facebook
Twitter
Instagram
LinkedIn
YouTube
Site internet
Voulez-vous changer la manière dont vous recevez ces emails ?
Vous pouvez mettre à jour vos préférences ou vous désinscrire.






This email was sent to <<Adresse mail (courriel) :>>
why did I get this?    unsubscribe from this list    update subscription preferences
Agir ensemble pour Dijon - Droite, Centre et Indépendants · 43, rue Parmentier · Dijon 21000 · France

Email Marketing Powered by Mailchimp