Northern Routes, Dr. Sarita Verma
Veuillez noter: Le texte en français suit les versions en anglais.

Food, glorious food! In all its forms of consumerism, is food insecurity real?


Hello. Bonjour. Aaniin. Boozhoo.

Welcome back from the holiday season. Hopefully everyone had a wonderful break. Here at NOSM, we are all raring to get on with the business of the School’s new plans for leadership, advocacy, strategic planning and curricular innovation. Of course, there are those New Year’s resolutions – to lose weight, exercise and to be nicer to everyone, right?

With this in mind, it’s important to recognize that having a choice of healthy food options is a privilege not available to many. Many Indigenous communities in Northern Canada are experiencing a food security crisis with serious implications for health and well-being. 

Food insecurity in the North is a multifaceted problem. Northerners rely on a mix of traditional or wild food and market food, and both harvesting and food shipping costs are extremely high. Canada's efforts to provide Northerners in isolated communities with improved access is failing to lower the cost of perishable and nutritious food in northern communities by providing northern retailers with a subsidy on a select list of foods.

Food is simply more expensive in Northern Ontario. Remote Northern communities face the consequences of skyrocketing food transportation costs at sometimes triple the price. It’s safe to say that Northerners’ lack of access to healthy food is ultimately costing people their health.

In November 2019, a decade-long Canadian study found that barriers to access healthy traditional foods are eroding food security for First Nations. The First Nations Food, Nutrition and Environment Study (FNFNES) found that 24 to 60 per cent of First Nations experience food insecurity at a rate of up to five-times more than the general Canadian population.

As a medical school with a social accountability mandate, we intend to tackle the issue. We must get ahead of the problem that food insecurity and malnutrition is a leading root cause of complex chronic disease in the North. Our faculty and students are well versed in the areas of chronic disease diagnosis and treatment, but have little influence over the poor diets of patients, let alone entire communities. As influencers of health policy, NOSM is compelled to raise awareness of food insecurity in the North and work toward advocating for, and stewarding, improved food security systems. In my opinion, NOSM can help Indigenous communities and leadership develop a national food policy that includes the northern context, and the recognition of the right to food for Indigenous Peoples in Canada. The Canada Food Guide must represent other kinds of diets as well, including Northern and multicultural influences.

According to a 2018 article published by Foodtank.com, “Indigenous communities in the remote northern portion of Canada’s province of Ontario are expanding efforts to mitigate the impact of high food costs and a general lack of available nutritious fruit and vegetables in supermarkets by increasing crop production.” The same article points out that a “standard basket of food—officially known as the Revised Northern Food Basket—costs twice as much in the North… despite government subsidies...” Food for a family of four in Toronto is $847/month versus the same food basket in Attawapiskat First Nation costing $1,909/month. At more than double the price, this demonstrates the disparity between the cost of living in the north and south.

This begs the question: who controls Northern food systems, and the cost and flow of food? Some Northern communities and leaders are taking matters into their own hands by revitalizing traditional food systems, specifically food systems sustained through hunting, gathering and growing. NOSM supports this food sovereignty lens. We are not afraid to explore ideas that will improve community health outcomes and we are prepared to support new methods that are unconventional.

For example, this year NOSM offered its first hunter safety course. The School’s intention is that NOSM students will have the tools to actively participate in healthy cultural activities, whether it be a traditional hunt, or learning alongside community members about traditional food systems. As well, we educate our students about culinary medicine labs, boil water advisories, community environmental threats and hazards, socio-economic barriers to health and cultural sensitivity teachings.

NOSM students gain insight during their longitudinal integrated clerkship when they spend their entire third year of medical school (eight months) in a mid-sized community in Northern Ontario.  Before that, they also gain lived experiences that they’ll bring to their practices during their Integrated Community Experience, when they spend four weeks living in Indigenous communities to learn about First Nations and Métis culture and history, and to understand some of the health issues facing these communities.

We know that food insecurity is linked to food supply and transportation systems, and their ongoing relational business and economic consequences. NOSM is prepared to promote policy changes for food security and food protections, as well as the importance of traditional diet and new or renewed methods of sustainable food sources and production. We must ensure our medical school curriculum includes nutrition education on food supplements and alternate nutritional strategies that are culturally sensitive. Indigenous Food Sovereignty speaks to the ability to make decisions over the amount and quality of food Indigenous people hunt, fish, gather, grow and eat.

As a study highlighting exploratory work, conducted with Waasegiizhig Nanaandawe’iyewigamig and Shkagamik-Kwe Health Centre (two Indigenous-led Aboriginal Health Access Centres in urban service centers in Northern Ontario) points out, food sovereignty is “work that requires innovation and resiliency… such work is not impossible and when implemented, an IFS [Indigenous Food Sovereignty] framework can expand health paradigms and health practitioners’ role in relation to community and land.”

Joseph Leblanc, NOSM’s Director of Indigenous Affairs, tells me there are communities in the North who are making very innovative strides in food sovereignty. We have much to learn from them.

To find out more about NOSM’s culinary medicine labs or to donate, visit the NOSM website. 

Did you know…

  • Poverty is the root cause of food insecurity
    Annually, Ontario Health Units measure the cost of healthy eating. Year after year, results show that people living in households with a limited income struggle to pay rent, bills and to put healthy food on the table. Food is a basic human right. We need income responses to food insecurity so that families will no longer be forced to choose between healthy food on the table or a roof over their heads.
  • One-in-eight Ontario households are food insecure
    This is a serious public health problem. It negatively impacts one’s physical, mental, and social health. Adults living in food insecure households have much higher health care costs than those living in food secure households. One-in-six children live in food-insecure households in Ontario and are more likely to suffer from mental health problems such as hyperactivity and inattention.
  • Food charity is not the answer
    Food banks were originally intended as temporary food relief in the 1980’s recession. The perception that food insecurity is a matter for charity is a major obstacle to addressing poverty. Groups such as the Ontario Dietitians in Public Health (ODPH) advocate for a basic income guarantee.

NOSM launches online learning module for primary-care providers in Northern Ontario

NOSM has launched a new self-directed, interactive online learning module and community of practice workshops designed to improve the opioid prescribing practices of primary-care providers in Northern Ontario. Registration is now open only to primary-care providers in Northern Ontario at nosm.ca/cepd.

Support Bring A Doctor Home

The Bring A Doctor Home hockey tournament, held this week in Sault Ste. Marie, is in its 15th year and has raised over $407,000. The Bring a Doctor Home hockey tournament is a community effort to support, recruit and retain local medical students from the Northern Ontario School of Medicine. Each year, a bursary is awarded to a medical student as an incentive to bring them back to practice in Sault Ste. Marie. For more information, visit: bringadoctorhome.com.

Dr. Peter Istvan receives Order of Parry Sound

Congratulations to Dr. Peter Istvan, recipient of the 2019 Order of Parry Sound. Dr. Istvan is NOSM's Phase 2 Director, supporting third-year clerkship students living, learning and working in 15 communities across Northern Ontario.

As usual, you are invited to follow my journey on Twitter @ddsv3 using #WhereisDrVerma
January 14, 2020

Nourriture, glorieuse nourriture! Dans toutes ses formes de consumérisme, l'insécurité alimentaire est-elle réelle?

Bonjour. Hello. Aaniin. Boozhoo.

Bon retour des vacances. J'espère que tout le monde a passé de belles fêtes. Ici, à l'EMNO, nous sommes tous impatients de mettre en œuvre les nouveaux plans de l'École en matière de leadership, de défense des intérêts, de planification stratégique et d'innovation dans les programmes d'études. Bien sûr, il y a les résolutions du Nouvel An : perdre du poids, faire de l'exercice et être plus gentil avec tout le monde, n'est-ce pas?
 
Dans cette optique, il est important d’admettre que le fait d'avoir un choix d'aliments sains est un privilège que beaucoup de gens n’ont pas. En effet, de nombreuses communautés autochtones du Nord canadien connaissent une crise de sécurité alimentaire qui a de graves répercussions sur la santé et le bien-être.
 
L'insécurité alimentaire dans le Nord est un problème à multiples facettes. Les habitants du Nord comptent sur une combinaison d'aliments traditionnels ou naturels et d’aliments achetés au marché, et les coûts de la récolte et du transport de ces produits sont extrêmement élevés. Les efforts du Canada pour améliorer l'accès des habitants des collectivités nordiques isolées ne parviennent pas à réduire le coût des aliments périssables et nutritifs car ils n’offrent pas aux détaillants du Nord une subvention pour une liste d'aliments choisis.
 
Les aliments sont tout simplement plus chers dans le Nord de l'Ontario. Les collectivités nordiques isolées subissent les conséquences de la montée en flèche des coûts du transport qui sont parfois trois fois plus élevés qu’ailleurs. On peut dire à coup sûr que le manque d'accès à des aliments sains dans le Nord finit par coûter sa santé à la population.
 
En novembre 2019, une étude canadienne échelonnée sur dix ans a révélé que les obstacles à l'accès aux aliments traditionnels sains affaiblissent la sécurité alimentaire des Premières nations. L'Étude sur l'alimentation, la nutrition et l'environnement des Premières Nations (EANEPN) a révélé qu’entre 24 p. 100 et 60 p. 100 des Premières Nations vivent dans l’insécurité alimentaire, soit trois à cinq fois plus que la population canadienne en général.
 
En tant que faculté de médecine dotée d’un mandat de responsabilité sociale, nous avons l'intention de nous attaquer à ce problème. Nous devons prendre les devants du problème, à savoir que l'insécurité alimentaire et la malnutrition sont une des principales causes de maladies chroniques complexes dans le Nord. Notre corps professoral et notre population étudiante connaissent bien les domaines du diagnostic et du traitement des maladies chroniques, mais ont peu d'influence sur le mauvais régime alimentaire des patients, et encore moins des communautés entières. En tant qu'influenceur des politiques de santé, l'EMNO se doit de sensibiliser les gens à l'insécurité alimentaire dans le Nord en plus de promouvoir et de gérer l’amélioration des systèmes de sécurité alimentaire. À mon avis, l'EMNO peut aider les communautés et dirigeants autochtones à élaborer une politique alimentaire nationale qui tient compte du contexte nordique et de la reconnaissance du droit à l'alimentation des peuples autochtones du Canada. Le Guide alimentaire canadien doit aussi présenter d'autres types de régimes alimentaires, y compris les influences nordiques et multiculturelles.
 
Selon un article publié en 2018 par Foodtank.com, « les communautés autochtones de la partie éloignée du nord de la province de l'Ontario au Canada multiplient les efforts pour atténuer l'impact du coût élevé des aliments et du manque général de fruits et de légumes nutritifs disponibles dans les supermarchés en augmentant la production agricole ». Le même article souligne qu'un « panier de provisions standard, officiellement connu sous le nom de Panier de provisions nordique révisé, coûte deux fois plus cher dans le Nord... malgré les subventions gouvernementales... ». La nourriture pour une famille de quatre personnes à Toronto coûte 847 $ par mois, alors que le même panier de provisions dans la Première nation d'Attawapiskat coûte 1 909 $ par mois. À plus du double, le coût démontre la disparité entre le coût de la vie dans le nord et dans le sud.
 
Cela soulève la question suivante : qui contrôle les systèmes alimentaires du Nord ainsi que le coût et la circulation des aliments? Certaines collectivités et certains dirigeants du Nord prennent les choses en main en revitalisant les systèmes alimentaires traditionnels, plus précisément les systèmes alimentaires qui reposent sur la chasse, la cueillette et la culture. L'EMNO appuie cette perspective de souveraineté alimentaire. Nous n'avons pas peur d'explorer des idées qui amélioreront les résultats pour la santé communautaire et sommes prêts à appuyer de nouvelles méthodes non conventionnelles.
 
Par exemple, cette année, l'EMNO a offert son premier cours sur la sécurité des chasseurs. L'intention est que les étudiants de l'EMNO possèdent les outils nécessaires pour participer activement à des activités culturelles saines, qu'il s'agisse d'une chasse traditionnelle ou de s’instruire aux côtés des membres de la communauté sur les systèmes alimentaires traditionnels. De plus, nous éduquons nos étudiants sur les laboratoires de médecine culinaire, les avis d'ébullition de l'eau, les menaces et les dangers environnementaux communautaires, les obstacles socioéconomiques à la santé et la sensibilité culturelle.
 
Nos étudiants acquièrent des connaissances pendant leur stage intégré longitudinal lorsqu'ils passent toute leur troisième année de médecine (huit mois) dans une collectivité de taille moyenne du Nord de l'Ontario. Avant cela, ils vivent également des expériences qu’ils mettent en pratique dans leur expérience communautaire intégrée, lorsqu'ils passent quatre semaines dans des communautés autochtones pour en apprendre davantage sur la culture et l'histoire des Premières nations et des Métis et pour comprendre certains problèmes de santé auxquels ces communautés sont confrontées.
 
Nous savons que l'insécurité alimentaire est liée à l'approvisionnement et aux systèmes de transport, ainsi qu'à leurs conséquences commerciales et économiques permanentes. L’EMNO est prête à promouvoir des changements de politique concernant la sécurité alimentaire et la protection des aliments, ainsi que l'importance du régime alimentaire traditionnel ainsi que des sources et de la production alimentaires durables nouvelles ou renouvelées. Nous devons veiller à ce que notre programme d'études aborde le sujet des suppléments alimentaires et les stratégies nutritionnelles de rechange qui tiennent compte des différences culturelles. La souveraineté alimentaire des Autochtones repose sur la capacité de prendre des décisions sur la quantité et la qualité des aliments qu’ils chassent, pêchent, cueillent, cultivent et mangent.
 
Comme le souligne une étude mettant en évidence le travail exploratoire effectué avec le Waasegiizhig Nanaandawe'iyewigamig et le Shkagamik-Kwe Health Centre (deux centres d'accès aux soins de santé pour les Autochtones dirigés par des Autochtones dans des centres de services urbains du Nord de l'Ontario), la souveraineté alimentaire est « un travail qui exige de l'innovation et de la résilience... ce travail n'est pas impossible et, lorsqu'il est mis en œuvre, un cadre de SAA [souveraineté alimentaire autochtone] peut élargir les paradigmes de santé et le rôle des praticiens de la santé par rapport à la communauté et à la terre.”
 
Joseph Leblanc, directeur des affaires autochtones à l'EMNO, me dit que des communautés du Nord font des progrès très novateurs en matière de souveraineté alimentaire. Nous avons beaucoup à apprendre d'elles.
 

Pour en savoir plus sur les laboratoires de médecine culinaire de l'EMNO ou pour faire un don, visitez le site Web de l'EMNO.

Le saviez-vous…
  • La pauvreté est la cause profonde de l’insécurité alimentaire
    Chaque année, les bureaux de santé de l'Ontario mesurent le coût d'une saine alimentation, et année après année, les résultats montrent que les ménages à revenu limité ont de la difficulté à payer leur loyer, leurs factures et à mettre des aliments sains sur la table. L’alimentation est un droit fondamental. Nous devons réagir à l'insécurité alimentaire fondée sur le revenu afin que les familles ne soient plus obligées de choisir entre avoir de la nourriture saine sur la table ou un toit au-dessus de leur tête.
  • Un ménage ontarien sur huit souffre d'insécurité alimentaire
    Ce grave problème de santé publique a un impact négatif sur la santé physique, mentale et sociale. Les coûts de soins de santé sont beaucoup plus élevés chez les adultes en situation d’insécurité alimentaire que chez ceux qui jouissent de la sécurité alimentaire. Un enfant sur six vit dans un ménage touché par l’insécurité alimentaire en Ontario et est plus susceptible de souffrir de problèmes de santé mentale tels que l'hyperactivité et l'inattention.
  • La charité alimentaire n'est pas la solution
    Les banques alimentaires ont été conçues à l'origine comme une aide alimentaire temporaire pendant la récession des années 1980. La perception que l'insécurité alimentaire est une affaire de charité est un obstacle majeur à la lutte contre la pauvreté. Des groupes tels que les Diététistes en santé publique de l'Ontario (ODPH) préconisent une garantie de revenu de base.

L'EMNO lance un module d'apprentissage en ligne pour les fournisseurs de soins primaires du Nord de l'Ontario

L'EMNO a lancé un nouveau module d'apprentissage en ligne autodirigé et interactif ainsi que des ateliers de communauté d’exercice conçus pour améliorer les pratiques de prescription des opioïdes des fournisseurs de soins primaires dans le Nord de l'Ontario. L'inscription est maintenant ouverte uniquement pour les fournisseurs de soins primaires du Nord de l'Ontario à nosm.ca/cepd.

Soutenez l'initiative Amener un médecin chez nous

Le tournoi de hockey « Amenez un médecin chez nous » qui a lieu cette semaine à Sault Ste. Marie, en est à sa 15e année et a permis de recueillir plus de 407 000 $. Ce tournoi est une activité communautaire visant à soutenir, à recruter et à retenir les étudiants en médecine locaux de l'École de médecine du Nord de l'Ontario. Chaque année, une bourse est attribuée à un(e) étudiant(e) en médecine pour l'inciter à revenir exercer à Sault Ste. Marie. Pour en savoir davantage, visitez le site : bringadoctorhome.com.

Peter Istvan, Ph. D., reçoit l'Ordre de Parry Sound

Félicitations à Peter Istvan, lauréat de l'Ordre de Parry Sound en 2019. M. Istvan est directeur de la phase 2 de l'EMNO. Il appuie les stagiaires de troisième année qui vivent, apprennent et travaillent dans 15 collectivités du Nord de l'Ontario.

Comme d'habitude, je vous invite à suivre mon voyage sur Twitter @ddsv3 en utilisant #OùEstDreVerma.
14, janvier, 2020
The NOSM — Facebook
The NOSM — Twitter
The NOSM — Instagram
NOSM Website
Copyright © 2020 Northern Ontario School of Medicine, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.