Copy
Share
Share
Forward
Pour recevoir ces conseils directement dans vos courriels, inscrivez-vous ici.
 
#48 - Parler le même langage

En écoutant une de mes sympathiques clientes, je dois avouer qu’il m’était difficile de bien interpréter ce que j’entendais. Nous parlions la même langue mais nous n’utilisions pas le même langage. J’ai mis un moment à réaliser que mon interprétation pouvait prêter à confusion.  Quand elle disait que quelque chose était «dément», cela signifiait que ce quelque chose était fantastique. Lorsqu’elle faisait remarquer qu’elle agissait de manière «insensée», cela signifiait qu’elle montrait son moi authentique.

Au-delà des différences de langage pour des raisons générationnelles ou géographiques, la plupart d’entre nous avons une façon unique de nous exprimer en utilisant des mots codes pour relater nos expériences. Cela est parfaitement naturel. Et en même temps, à l’inverse d’un orateur adressant la parole à des auditeurs désorientés se disant à eux-mêmes: «Mais de quoi il parle?» l’objectif implicite est un échange clair, mutuel d’idées créatives.

Que vous fassiez du coaching, de la gestion ou travailliez en collaboration, engager des conversations authentiques consiste à utiliser un langage établissant un pont à deux voies entre le locuteur et l’auditeur en vue de trouver un terrain d’entente verbal,  primordial et durable.
Durant mes années de coaching, j’ai trouvé certains moyens utiles de parvenir à cette fin.

1.  En admettant que vous ne comprenez pas et que vous demandez à vos clients de vous aider à vous y retrouver.
  • Moi: Vous dites «malade» dans le sens de souffrant?
  • Le client ou la cliente: (rires) Non, cela veut dire que tout baigne!
  • Moi: Merci de cette précision!
2.  En écoutant jusqu’à ce que vous entriez dans leur réalité et parliez le même langage.
  • Moi: Alors la preuve de l’innovation est essentielle au développement de votre carrière en tant que RES?
  • Elle: Oui, absolument!
3.  En arrêtant de faire des jugements de valeur du type ils ont tort et vous avez raison.
  • À éviter: Pourquoi utilise-t-elle un mot comme «insensée«? C’est sûrement de l’autodérision. Je dois trouver une façon de corriger cela.
  • À faire: Elle semble rayonner de joie quand elle utilise le terme insensée». Je me demande ce que l’adjectif «insensée» signifie pour elle.
4.  En attendant ce qu’ils vont dire ensuite, sans les interrompre ni chercher à imposer votre propre logique.
  • Lui: Peut-être si je… (longue pause). Non, cela ne marchera pas…  Je pense que je devrais (longue pause). Oui, c’est cela! Je dois combiner l’enseignement et  l’action  pour m’épanouir pleinement en milieu de travail! Merci pour vos précieux conseils!
  • Moi: … (sourire)
Lorsque vous prenez le temps de comprendre le langage de l’autre, vous serez agréablement surprise (e) par les judicieux raccourcis que vous prenez pour trouver ce fameux terrain d’entente.  Cela vaut réellement la peine.   Elle n’oubliera jamais le fait que vous avez pris le temps de l’écouter. Il appréciera le fait que vous avez fait des efforts pour le comprendre au lieu de faire la sourde oreille face à ses frustrations. 

En fin the compte, ma cliente m’a confié qu’elle était heureuse de voir que j’étais «insensée» et avait le sentiment qu’elle pouvait me faire confiance.

 
~ Dominique

 
LinkedIn
LinkedIn
Website
Website
Email
Email
Twitter
Twitter
S'abonner