Copy
Share
Share
Forward

#5 - «Pourquoi», Pourquoi, Pourquoi?»

À l’heure du déjeuner, je suis tombé sur deux gestionnaires qui sont amies et collègues. Nous parlons de choses et d’autres et entre autres du fait que l’une d’elles souhaite se lancer dans l’écriture. Elle m’avoue qu’elle n’a pas encore écrit la moindre ligne bien que ce projet lui tienne à cœur. Je lui demande: «Qu’est-ce qui t’empêche de réaliser ce but?». Elle commence à répondre puis, s’interrompt, à court d’explications. Nous convenons alors de nous retrouver une autre fois pour une conversation en tête à tête le jour où elle sera prête à aborder ce sujet  défiant toute logique.

Dans l’intervalle, sa collègue suivait de très près la discussion et il y a eu comme un déclic. Elle comprenait à présent pour quelle raison ses employés étaient sur la défensive à chaque fois qu’elle utilisait le terme «Pourquoi?». Elle a tout de suite noté qu’il y avait une différence entre la question «Pourquoi?» et la question «Qu’est-ce qui t’empêche d’obtenir ce résultat». En effet, cette dernière question n’incite pas l’autre à se mettre sur la défensive. Cela permet de ménager une pause et d’explorer. La collègue a également remarqué que la question «qu’est-ce qui t’empêche de…?» était dénuée de tout jugement et qu’il n’y avait donc pas lieu de se justifier. Ce type d’interrogation conduit uniquement à mûrement réfléchir sur les obstacles pouvant se dresser sur la voie de la réussite.

«Pourquoi êtes-vous en retard?». «Pourquoi n’avez-vous pas respecté la date limite?». «Pourquoi ce processus ne fonctionne pas?». Ne sentez-vous pas l’inquiétude vous gagner rien qu’à la lecture de ces questions. Ce mode inquisiteur déclenche le signal d’alarme chez la plupart d’entre nous. Ce «Pourquoi?» ressemble à une attaque qui pousse à se défendre et il est difficile de penser comme il faut quand les «Pourquoi?» vous assaillent!

Toutefois, l’utilisation de «Pourquoi?» est parfois justifiée. Ainsi, dans la question: «Pourquoi est-ce important pour vous de faire ce changement? Cela est important parce que…». Dans cette situation, ce «Pourquoi» valorise l’orateur et souligne l’importance du changement. Mais, le terme «Pourquoi?» est à manier avec le plus grand soin.

Nous avons évoqué toutes trois la manière de poser des questions destinées à encourager l’exploration et à favoriser la responsabilisation: «Qu’est-ce qui pourrait vous aider à aller dans ce sens?». «Qu’est-ce qui a bien marché pour vous par le passé?». «Qu’aimeriez-vous avoir accompli d’ici à un an?».  Vous remarquerez que le «Pourquoi?» est absent. Vous remarquerez également que la façon de poser la question est dénuée de jugement. De fait, il est important que la question puisse servir d’appui à une véritable conversation.

Cette rencontre de 15 minutes m’a rappelé qu’il faut peu de temps pour aider un autre être humain à s’accomplir et m’a fait prendre conscience qu’un mot peut tout changer. Le choix des mots a une importance primordiale.

Essayez cet exercice pendant 7 jours: Dès que vous êtes sur le point d’utiliser le terme interrogatif «Pourquoi?» que ce soit au bureau ou à la maison,  remplacez-le aussitôt par «Qu’est-ce que ou Qu’est-ce qui?». Et ensuite notez trois choses: 
  • Qu’avez-vous remarqué quant à votre aptitude à poser la question?
  • En quoi cela change votre manière de poser des questions?
  • Quel type de réponses avez-vous reçu?
Faites-moi part de votre expérience. J’ai hâte de connaître vos réponses.

 
LinkedIn
LinkedIn
Google Plus
Google Plus
Website
Website