Copy
View this email in your browser
Pas de paix sans travail du care - Communiqué de presse 14.9.2021   
 

Pas de paix sans travail du care

Le 21 septembre 2021, Journée internationale de la paix, trois organisations de la société civile expliqueront comment la Suisse peut suivre une vision féministe de promotion de la paix et pourquoi le travail du care est essentiel à cet égard. Lors d'une conférence en ligne, ses membres discuteront de ce thème avec Leymah Gbowee, lauréate du prix Nobel de la paix au Liberia, et d'autres expert.e.s suisses et étranger.e.s.

Qu'est-ce qui nous donne un sentiment de sécurité ? Nous sentons-nous en paix dans notre vie quotidienne ? Les organisations KOFF - Plateforme suisse pour la promotion de la paix, Femmes de paix autour du monde et l'organisation féministe pour la paix cfd se sont penchées sur ces questions au cours des 18 derniers mois.


Le travail du care renforce le tissu social

La pandémie de corona a eu un énorme impact au niveau mondial : Ce qui nous permet de survivre à ce type de crise, c'est le travail du care. La pandémie a révélé que les femmes y contribuent largement. Le travail du care constitue donc le ciment qui maintient la cohésion sociale au quotidien. La contribution du travail du care à la paix de paix est irrévocable. Néanmoins, une grande partie du personnel soignant est exposé à l'insécurité sociale et économique et est souvent systématiquement ignoré dans les espaces de consultation et de décision.

Tant que le travail du care est majoritairement pris en charge par des femmes, tout engagement en faveur de la participation des femmes reste compromis. Pourtant, c'est précisément ce à quoi la Suisse s'est engagée. La résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies sur "les femmes, la paix et la sécurité" demande, entre autres, que les femmes puissent participer de façon active aux processus de paix. L'Afghanistan est un exemple négatif actuel de ce qui se passe lorsque la sécurité est définie uniquement en termes militaires et que les femmes sont exclues des négociations de paix.


Le respect des droits de l'homme et de la femme en tant que prévention des conflits

La Suisse met actuellement en œuvre la résolution 1325 de l'ONU dans un quatrième plan d'action national (PAN1325). Cette implémentation fait l'objet d'un suivi critique par la société civile afin que l'expertise pratique existante puisse être prise en compte dans la politique officielle. Après 18 mois de recherches et de consultations, les trois organisations de la société civile rétorquent que le travail du care devra être, à l’avenir, au centre de la consolidation de la paix et de la coopération internationale. Actuellement, des projets sont élaborés et financés dans ces domaines sans prise en compte de l'économie du care.

La résolution 1325 des Nations unies n'a vu le jour que grâce à des années de lobbying de la société civile féministe. Son objectif n'a jamais été de rendre la guerre plus sûre pour les femmes, mais de garantir une existence digne pour toutes et tous, à l'abri de toute crainte et de toute difficulté. En bref : le respect des droits de l'homme et de la femme indispensable à la prévention des conflits.


La résolution "Femmes, paix et sécurité" est pertinente en terme de politique intérieure

Toutefois, à ce niveau, la situation en Suisse est loin d’être idéale. La résolution 1325 de l'ONU ne peut continuer à être poursuivie uniquement en termes de politique étrangère. Comme le Canada, la Suisse devrait également reconnaître que les femmes et les autres groupes minoritaires subissent quotidiennement diverses formes de violence. C'est pourquoi, dans une prochaine étape, la Suisse devra également ancrer la résolution dans sa politique intérieure. Ce n'est qu'en poursuivant l'objectif "femmes, paix et sécurité" également au niveau national que la Suisse pourra être à la hauteur de la résolution.

Les parlementaires soutiennent ces revendications de la société civile. À cette fin, ils se rassembleront le 20 septembre à 13 h 45 sur la Place fédérale de Berne sous le slogan "No Care, No Peace !" Un dépliant reprenant les principales conclusions et revendications sera distribué aux politicien.nne.s et au public intéressé. Les médias sont invités à assister à la conférence ainsi qu'à ce rassemblement.
La conférence "Centering Care in Women, Peace and Security : Reflections from Civil Society in the Context of the Fourth Swiss National Action Plan 1325" aura lieu le 21 septembre de 14 à 16h45.
INSCRIVEZ-VOUS
Intervenante principale : Leymah Gbowee, militante pour la paix et lauréate du prix Nobel de la paix, Liberia.

Autres intervenantes :
  • Anna Leissing, directrice de KOFF, swisspeace, Suisse
  • Barbara Dätwyler, cheffe de la division Aide Humanitaire et CSA, DDC, Suisse
  • Talia Wohl, senior advisor women, peace and security, Département fédéral des affaires étrangères DFAE, Suisse
  • Leandra Bias, cheffe du projet "Contribution de la société civile au PAN 1325", KOFF/swisspeace, Suisse
  • Florence Mwikali, coordinatrice de projet, Peace Brigades International, Kenya
  • Elvira Wiegers, secrétaire centrale pour la santé et les soins, VPOD, Suisse
  • Theodora Leite, chargée de programme pour la politique migratoire, cfd, Suisse
La conférence se déroulera en langue anglaise. Une traduction en langues allemande et française sera assurée. De plus amples informations sur la conférence sont disponibles ici.

Lundi 20 septembre 2021, un événement de sensibilisation auquel des parlementaires sont invité.e.s à participer aura lieu à 13h45 sur la Place fédérale de Berne.

UNSCR 1325 "femmes, paix et sécurité"

La résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies "femmes, paix et sécurité" a été adoptée à l'unanimité en 2000. Outre la promotion de la participation active des femmes à la prévention des conflits et aux processus de paix, elle appelle à leur protection durant les conflits et à leur inclusion dans les processus de reconstruction post-conflit.

Contacts:
Leandra Bias, responsable du projet "Contribution de la société civile au PAN 1325" KOFF/swisspeace, Suisse, Tel. 031 330 21 41, leandra.bias@swisspeace.ch

Andrea Filippi, responsable de programme & plaidoyer, Femmes de paix autour du monde, Tel. 031 312 02 40, andrea.filippi@1000peacewomen.org

Izabel Barros, chargée de programme, cfd – die feministische Friedensorganisation, Tel. 031 300 50 66, izabel.barros@cfd-ch.org

 
Copyright © 2021 swisspeace, All rights reserved.


Want to change how you receive these emails?
You can update your preferences or unsubscribe from this list.