Copy
Mifepristone in Canada
RU-486 au Canada
View this email in your browser
Voir dans votre navigateur Web

How One Drug Could Change Abortion Access in Canada

le français suit l'anglais
Share
Tweet
Forward

By Action Canada Executive Director Sandeep Prasad
Originally published in the Huffington Post


Every day we receive calls on our Access Line from people across the country seeking to terminate a pregnancy. They have a lot of questions and very often want to know where to get the abortion pill or, in other words, where they can get a medical abortion.

No doubt the thirst for this information is based in part in the stark and surprising realities of poor abortion access in this country. Only 1 in 6 hospitals provide abortion services in Canada, the majority of which, like free standing sexual health clinics, are disproportionately dispersed across Canada, with most located in urban areas. Even the Minister of Health recognizes that “abortion services remain patchy in parts of the country, and that rural women in particular face barriers to access.” And limited availability is compounded by other barriers like wait times, age, financial resources, migration status, and physicians refusing to provide referrals on moral and religious grounds.

People across Canada and globally choose to end pregnancies for many different reasons. What’s important is that they have options to safely carry out the decision they have made. While there are still major barriers, in Canada at last, these options are expanding.

After an almost three-year long review, the gold-standard of medical abortion was finally approved. Already available in 60 countries worldwide, Mifepristone was approved for use in Canada last July and will be available this spring. The drug will be packaged in combination with Misoprostol and sold under the name Mifegymiso.

While medical abortion has been available for some time in Canada, the method used involved the off-label use of a cancer and arthritis medication called methotrexate along with misoprostol. The low-level of knowledge among health care providers in Canada regarding medical abortion and the previous regimen’s off-label use, however, meant that few physicians were trained or comfortable providing it, contributing to low availability and demand.

This reality has left the potential of medical abortion in Canada completely untapped. Medical abortion is an important way to expand choices when it comes to terminating a pregnancy. It can be offered earlier than a surgical abortion, it could reduce wait times for surgical abortion procedures and wait times overall, it could potentially increase access to abortion in more remote and rural areas, and it can be offered to people who have a strong desire to avoid a surgical procedure for whatever their reason. And studies do show that those who prefer a particular method and obtain it are most satisfied with their healthcare experience overall, which can have enormous implications for their overall well-being and health.

This speaks to the importance of Health Canada’s decision to approve Mifepristone. In countries where Mifepristone is already available, like France, the take-up of medical abortion services is much greater than in Canada. 60% of people seeking abortions opt for medical abortion in France, compared to Canada, where access to existing medical abortion services has been limited, offered in few hospitals and clinics and representing only about 4% of all abortions.

Now that Mifepristone, which is on the World Health Organization list of essential drugs, will be available in Canada, we could expect the landscape to change.

Mifepristone has the potential to become a solution to the many barriers to abortion that exist in Canada and could address the new federal government’s priority to “better equalize access for all Canadian women.” Unfortunately, the regulatory decision by Health Canada, which granted approval of Mifegymiso and outlined its roll-out in Canada, suggests little will actually change when it comes to access to medical abortion in Canada.

Here’s why: only physicians will be permitted to prescribe the drug. And Health Canada has mandated onerous training requirements for physicians and pharmacists to prescribe and dispense the drug, rather than making appropriate information available and allowing the use of professional judgment. Such requirements will likely mean poor take-up amongst a wide swath of physicians and pharmacists.

Limiting the ability to prescribe Mifegymiso to physicians especially restricts access to the service in communities where it is most needed, in rural and remote areas where physicians are lacking and abortion services are far and few between. So what’s the solution? The Government needs to ask Health Canada to examine ways to ensure appropriate task-shifting in the provision of medical abortion that allows and trains other qualified health professionals (such as nurse practitioners and midwives) to provide these services.

But there are other concerns too. For one, the private registry, which will prevent those seeking the service, or those wishing to refer clients to the service, from knowing which physicians in their area are trained to provide it and which pharmacists are trained to dispense it. What’s a solution here? This one is easy. Make publically available a version of the registry listing those providers who have consented to being identified in this way.

And finally: Mifegymiso is expected to cost a whopping $270.00 per package. The cost is significantly more expensive than the previous regimen and is cause for concern over accessibility if medication costs are not covered. While the physician fee will likely be covered across Canada, the Minister of Health could work with the provinces and territories to ensure that the medication cost is also covered and move a national drug plan forward that guarantees access to a comprehensive range of medication, medical devices and appropriate supports.

These concerns aren’t complicated but political will at the provincial, territorial and federal level is needed if we are serious about equalizing access and providing safe abortion services for all people from coast to coast to coast.

Click here for more information about Mifepristone and its use in Canada

CLICK HERE TO READ ON HUFFINGTON POST
Action Canada for Sexual Health & Rights is a progressive, pro-choice charitable organization committed to advancing and upholding sexual and reproductive health and rights in Canada and globally.

Comment un médicament pourrait modifier l’accès à l’avortement au Canada

Share
Tweet
Forward

Par Sandeep Prasad, directeur général d’Action Canada
Initialement publié en anglais dans Huffington Post


Chaque jour, notre Ligne d’accès reçoit des appels de personnes qui souhaitent mettre fin à une grossesse, au Canada. Elles ont de nombreuses questions; plusieurs désirent savoir où se procurer la pilule abortive ou, autrement dit, à quel endroit elles peuvent obtenir un avortement médical.

Il va sans dire que cette soif d’information découle en partie des réalités frappantes et étonnantes de la faible accessibilité de l’avortement, dans notre pays.

Seulement 1 hôpital sur 6 fournit des services d’avortement, au Canada, et la majorité d’entre eux, tout comme les cliniques autonomes de santé sexuelle, sont dispersées inégalement à travers le pays et établis surtout en région urbaine. Même la ministre de la Santé a reconnu que « les services d’avortement demeurent clairsemés, dans certaines régions du pays, et qu’en particulier les femmes vivant en milieu rural rencontrent des obstacles à l’accès » [traduction]. Cette disponibilité limitée est aggravée par d’autres obstacles, comme les délais d’attente, le critère de l’âge, les ressources financières, le statut d’immigration ainsi que le refus de certains médecins de donner des références en raison de motifs moraux et religieux.

Au Canada et dans le monde, des personnes choisissent de mettre fin à une grossesse pour diverses raisons. Ce qui est important est qu’elles aient à leur disposition des options pour concrétiser leur décision en toute sécurité. Bien que des obstacles persistent, les options au Canada s’élargissent enfin.

Après un examen réglementaire de près de trois ans, l’étalon-or de l’avortement médical a enfin été approuvé. Déjà disponible dans 60 pays, la mifépristone a été approuvée en juillet 2015 pour utilisation au Canada, et sera disponible à compter du printemps 2016. Le médicament sera adjoint de misoprostol et vendu sous le nom de Mifegymiso.

Bien que l’avortement médical soit disponible depuis un certain temps au Canada, la méthode utilisée jusqu’ici implique une utilisation non inscrite sur l’étiquette d’un médicament contre le cancer et l’arthrite, appelé méthotrexate, adjoint de misoprostol. Le faible niveau de connaissance de l’avortement médical, parmi les fournisseurs de soins de santé au Canada, et l’utilisation non inscrite sur l’étiquette, pour le régime précédent, entraînaient également que peu de médecins étaient formés pour l’offrir, ou mal à l’aise de le faire, et qu’en conséquence la disponibilité et la demande étaient faibles.

Vu cette réalité, le potentiel qu’offre l’avortement médical est encore inexploité, au Canada. L’avortement médical est un important moyen d’élargir la gamme de choix pour mettre fin à une grossesse. Il peut être offert plus tôt qu’un avortement chirurgical; il pourrait réduire les délais d’attente pour l’avortement chirurgical et l’attente en général; accroître l’accès à l’avortement en région rurale et éloignée; et être offert aux personnes qui souhaitent vivement éviter une intervention chirurgicale pour diverses raisons. Des études ont d’ailleurs démontré que les personnes qui préfèrent une méthode à une autre et qui l’obtiennent sont les plus satisfaites de leur expérience des soins de santé en général, ce qui peut avoir une incidence énorme sur leur santé et leur bien-être généraux.

Ceci met en relief l’importance de la décision de Santé Canada d’approuver la mifépristone. Dans les pays où ce médicament est déjà disponible, comme la France, le recours aux services d’avortement médical est beaucoup plus élevé qu’au Canada. En France, 60 % des personnes qui recourent à l’avortement choisissent l’avortement médical alors qu’au Canada, où l’accès à l’avortement médical est limité et offert seulement dans quelques hôpitaux et cliniques, le taux n’est que d’environ 4 % du nombre total d’avortements.

À présent que la mifépristone, qui figure dans la Liste modèle de médicaments essentiels de l’OMS, sera disponible au Canada, nous nous attendons à ce que la situation évolue.

La mifépristone a le potentiel de devenir une solution aux nombreux obstacles à l’avortement qui existent au Canada, et pourrait concourir également à la priorité du nouveau gouvernement fédéral de « de rendre l’accès plus équitable pour toutes les femmes canadiennes ». Malheureusement, ladécision réglementaire de Santé Canada, qui officialise l’approbation du Mifegymiso et qui décrit sa mise en œuvre au pays, donne à penser que peu de choses changeront, dans l’accès à l’avortement médical au Canada.

Voici pourquoi : seuls les médecins seront autorisés à prescrire ce médicament. De plus, Santé Canada a établi de lourdes exigences de formation des médecins et des pharmaciens, pour prescrire et fournir le médicament, plutôt que rendre disponible l’information appropriée et de permettre le simple recours au jugement professionnel. Ses exigences pourraient entraîner un faible taux d’adoption du médicament chez un grand nombre de médecins et pharmaciens.

Restreindre aux médecins l’autorité de prescrire le Mifegymiso limitera en particulier l’accès à ce service dans les communautés où il est le plus nécessaire – les régions rurales et éloignées où il manque de médecins et où les services d’avortement sont très épars. Quelle est donc la solution? Le Gouvernement doit demander à Santé Canada de se pencher sur des moyens d’effectuer un transfert approprié de tâche quant à la provision de l’avortement médical afin de permettre de former d’autres professionnels de la santé qualifiés (comme les infirmières praticiennes et les sages-femmes) à la fourniture de ces services.

Mais d’autres préoccupations prévalent. D’une part, le registre privé, qui empêchera que les personnes qui désirent ce service et celles qui désirent y référer des clients de savoir quels médecins dans leur région détiennent la formation pour l’offrir et quels pharmaciens sont formés pour le fournir. Quelle est la solution à ce problème? Celle-ci est facile : rendre publique une version du registre énumérant les fournisseurs qui ont consenti à être identifiés ainsi.

En outre, on s’attend à ce que le prix du Mifegymiso soit aussi élevé que 270,00 $ par paquet. Son coût est considérablement plus élevé que celui du régime précédent, ce qui est matière à inquiétude pour l’accessibilité s’il n’est pas couvert par les régimes d’assurance. Bien que les frais des médecins seront probablement couverts partout au Canada, la ministre de la Santé pourrait travailler avec les provinces et territoires afin que le coût du médicament soit également couvert et afin de faire avancer le projet d’un régime national d’assurance-médicaments qui garantisse l’accès à une gamme complète de médicaments, d’instruments médicaux et de mesures de soutien appropriées.

Il ne s’agit pas de préoccupations complexes mais elles requièrent une volonté politique aux échelons provincial/territorial et fédéral si nous sommes déterminés à égaliser l’accès et à fournir des services sécuritaires d’avortement à toutes les personnes, d’un bout à l’autre du pays.

Pour plus d’information sur la mifépristone et son utilisation au Canada, consultez la page :  www.sexualhealthandrights.ca/fr/mifegymiso

CLIQUEZ ICI POUR LIRE SUR NOTRE SITE WEB
Action Canada pour la santé et les droits sexuels est un organisme de bienfaisance pro-choix et progressiste voué à la promotion et à la défense de la santé et des droits sexuels au Canada et à l’étranger.
Facebook
Twitter
Website
Copyright © 2016 Action Canada for Sexual Health and Rights, All rights reserved.



unsubscribe from this list    update subscription preferences

subscribe to this list

donate to Action Canada for Sexual Health and Rights

Email Marketing Powered by Mailchimp