Copy
Newsletter du 16 XII 2013 du Centre Montréal du RCRO
View this email in your browser
Share
Tweet
Forward to Friend
+1
Share
Like our centre!
Like our centre!
Email us!
Email us!

Dans cette newsletter In this newsletter


Sondage Survey

Concerts à venir Upcoming concerts

Assistent(e)-organiste et chef recherché(e) [in French only]

An organist needed for December 24th [en anglais seulement]

Mise-en-vedette Spotlight on Mélanie Barney
        Biographie Biography
        Interview Interview

Message from Sharon Adamson [en anglais seulement]

Pour les utilisateurs de gmail For gmail users

Sollicitation de contributions Call for contributions

Le 2013-2014 Conseil d'administration The executive

Nous apprécion votre opinion! Veuillez répondre à notre sondage, s’il vous plait! Vous pouvez choisir plus qu'une réponse pour la plupart des questions.

We appreciate your opinion! Please, answer our survey! You can choose more than one answer for most of the questions.


Pour ceux et celles qui ne voient que de texte, voici le lien complet: | For those among who who receive only text, here is the full link:
https://www.surveymonkey.com/s/NRD5G2C
 
Le saviez-vous?

Le site web de la Fédération québécoise des amis de l’orgue maintient un calendrier d’activités et de concerts liés à l’orgue. Pour le calendrier de décembre 2013, cliquez ICI.
Did you know?

The website of the Québec Federation of the Friends of the Organ maintains a calendar of activities and concerts related to the organ. For the December 2013 calendar, click HERE.
Personne recherchée de devenir assistant(e)-organiste et chef de chœur à Montréal. L’assistant(e) sera responsable pour diriger une répétition et une messe dominicale par semaine et de remplacer l'organiste titulaire au besoin. Rémunération autour de $400 par mois. Possibilité pour développement dans l'avenir. Pour plus d’information, contactez 5142647777.
 
Le choeur de la Montagne, a Montreal South-Shore good amateur choir is looking for an organist for its Christmas mass.

The mass will take place on December 24th, at 8:00 pm in St-Matthieu-de-Beloeil church.  Plus a 2-hour rehearsal on Thursday December the 19th.  Salary : 225$

Our repertoire is listed below:

Merci beaucoup pour votre aide précieuse,

Catherine Le Saunier: c_lesaunier@hotmail.com 
Pour le Choeur de la Montagne

Prélude : (19h45)

·     White Christmas (version concert 2013)

·     Le premier Noël chanté (arr. J. Rutter, version française de The
First Nowell)

·     Minuit Chrétien (arr. R. Daveluy/ révision R. Laurin 2012)
Transposerons en sib.


Messe : (20h00)

·     Entrée : Sainte nuit (arr. R. Daveluy 2012)

·     Acclamation : Voici Noël, Alleluja! (chœur à l'unisson)

·     Évangile : Il est né le divin enfant

·     Gloria : Les anges dans nos campagnes Refrain uniquement «Gloria»
SVP!!

·     Offertoire : Gaudete (arr. Jim Cooke)

·     Sanctus : Sanctus de Schubert (attention il y a 2 pages)

·     Anamnèse : Il est venu, il est là

·     Agnus Dei : Agnus Dei de la Messe de minuit de Charpentier

Communion

·    Ça bergers  (arr. R. Daveluy)

·    Adeste Fideles (arr. R. Daveluy, 2012)

·     Sortie : Halleluja de Haendel

Mise-en-vedette Spotlight on

Mélanie Barney


Photo par Michel Bérard

Musicienne virtuose et technicienne hors pair dotée d’une grande sensibilité, l’organiste Mélanie Barney a su très tôt se démarquer. En démontrant clairement un intérêt pour le grand répertoire symphonique de l’orgue mais aussi pour le répertoire moderne, elle a su donner un nouveau souffle à l’orgue en touchant à différents styles musicaux tels que la musique de film, les transcriptions pour orgue issues d’oeuvres orchestrales et même des tangos !
 
Mélanie Barney a obtenu en 2002 un premier prix avec grande distinction au terme de ses études d'orgue dans la classe de Jean Le Buis, au Conservatoire de musique de Montréal. Elle s'est perfectionnée auprès de Pierre Perdigon, Georges Bessonnet, Alan Morrison et Jean-Guy Proulx. Récipiendaire de plusieurs bourses d'excellence, telles que les fondations Wilfrid-Pelletier, Les Amis de l'Art, McAbbie et Canimex, elle remporte également une bourse d'excellence de la Faculté de musique de l'UQAM pour le baccalauréat en enseignement de la musique. Elle s'est distinguée en tant que lauréate au concours des Jeunes Artistes de Radio-Canada en 2003 de même qu'en remportant le premier prix d'orgue au Concours de musique du Canada en 2001 et en 2002.
 
Musicienne accomplie, soliste et accompagnatrice recherchée, tant à l'orgue qu'au piano, elle s'est produite en France, en Allemagne, en Belgique, aux États-Unis et elle poursuit des activités de concertiste sur la scène musicale canadienne. En avril dernier, elle a donné deux récitals d'orgue à Boston, le premier à la prestigieuse Université de Harvard au « Adolphus busch hall » et le second aux grandes orgues de Trinity Church. Une tournée de récitals est actuellement en préparation pour juillet 2014 en France.
 
Mélanie Barney a participé à de nombreux enregistrements impliquant des chœurs, des orchestres et des ensembles de musique de chambre. Parmi ceux-ci, en 2009, elle a enregistré les Planètes de Gustav Holst sous étiquette Fidelio avec le quintette de cuivres Buzz, dans une version inédite pour cuivres et orgue. Cet album a été nominé à l'Adisq pour le meilleur album classique de l'année 2010, catégorie soliste et petit ensemble. Salué par la critique, «The Power of the Organ 2» est le premier disque solo en carrière de l’organiste Mélanie Barney, enregistré en 2012 sous étiquette Fidelio. Un nouveau disque intitulé « Vitrail », un enregistrement pour orgue, baryton, hautbois et cor anglais, est également paru au printemps 2013.
 
Mélanie Barney est titulaire des orgues Casavant de la cathédrale de St-Jérôme dans les Laurentides depuis 2012. Auparavant, elle a été organiste titulaire de l'église Notre-Dame-de-Lourdes de Verdun de 1998 à 2012.
Mélanie Barney was awarded First Prize with Great Distinction in 2002 when she concluded her organ studies under Jean Le Buis at the Conservatoire de musique de Montréal. She did advanced studies with Pierre Perdigon, Georges Bessonnet, Alan Morrison and Jean-Guy Proulx. The recipient of a number of merit scholarships from the Wilfrid-Pelletier, Les Amis de l’Art, McAbbie and Canimex foundations, she was also awarded a merit scholarship from the UQAM Faculty of Music for the bachelor’s program in music education. She distinguished herself as an award-winner in Radio-Canada’s Jeunes Artistes competition in 2003 as well as by taking first prize in organ at the Canadian Music Competition in 2001 and 2002. 
 
Ms. Barney has also taken part in numerous recordings involving choirs, orchestras and chamber-music ensembles. As an accomplished musician and soloist and as a sought-after accompanist she has performed in France, Germany and Belgium as well as in the United States. On the broader Canadian musical scene, she is active as a concert performer and in 2009, she recorded Gustav Holsts The Planets with Buzz Brass in an organ and brass version. The album was nominated at the 2010 ADISQ Gala for classical album of the year in the soloist and small ensemble category.

Ms. Barney is the new incumbent on the Casavant organ at St-Jérôme Cathedral in the Laurentians since 2012. Previously, from 1998 to 2012, she was incumbent organist in Verdun’s Notre-Dame-de-Lourdes church.
 
Finally, «The Power of the Organ 2» is the first solo organ disc in organist Mélanie Barney's career. «Vitrail» is her last disc recorded for organ, oboe and baritone, who appears in 2013.
 
In April 2013, she has performed in Boston (USA) at the prestigious Harvard University at the « Adolphus busch hall » and also at Trinity Church. On the international scene, a tour of France is planned for july 2014.
 

Vidéos | Videos

Mme Barney, comment avez-vous commencé à jouer de l’orgue?

Quand j’étais enfant, nous avions un orgue Hammond à la maison, 2 claviers et 25 pédales. Mon père aimait jouer l’orgue à l’oreille. Mes parents n’étaient pas musiciens mais appréciaient beaucoup la musique d’orgue, autant l’orgue à tuyaux que l’orgue populaire. Ensuite, ma sœur aînée a entrepris des études en orgue classique au cégep de St-Laurent puis au Conservatoire de musique du Québec à Montréal avec M. Gaston Arel. Je l’écoutais pratiquer régulièrement à la maison et cet instrument m’intriguait. Alors, à l’âge de 7 ans environ, mes parents m’ont acheté un orgue électronique miniature pour que je puisse m’amuser. Peu de temps après, ils m’ont acheté un synthétiseur sur lequel je jouais presque tous les jours. Je me souviens avoir dit à mes parents que c’était mon plus cadeau. Puis, mes parents m’ont emmené écouter plusieurs concerts d’orgue à l’Oratoire St-Joseph puis à des concerts d’orchestres symphoniques. J’étais très jeune et je ne comprenais pas tout ce que j’entendais comme musique, mais cela m’impressionnait et j’en garde aujourd’hui de beaux souvenirs. Enfin, c’est à l’âge de 9 ans que j’ai commencé à prendre des cours d’orgue avec M. Hugh Richards, un organiste anglophone, arrangeur et comptable qui avait son studio de musique dans l’édifice de la TD Bank à Montréal, rue Guy coin Ste-Catherine. J’ai beaucoup appris avec lui. Je sais aujourd’hui qu’il voyait mon talent et qu’il me donnait souvent des pièces difficiles pour mon jeune âge pour que je puisse me surpasser. Je réussissais toujours les défis qu’il me donnait car j’étais très perfectionniste. Il m’avait même encouragé à composer mes propres pièces et il faisait des arrangements incroyables de presque toutes les œuvres qu’il me donnait. C’est une petite mine d’or que j’ai chez moi avec toutes ces partitions, car elles n’ont jamais été éditées.
Comme vous pouvez le constater, j’ai un parcours musical peu orthodoxe, car j’ai fait 7 ans d’études en orgue populaire avant de me diriger en musique classique. Dans ma biographie professionnelle, je ne mentionne jamais cette partie de ma formation car j’œuvre essentiellement dans le domaine classique mais je trouvais intéressant de vous parler de ce volet de ma formation. C’est sans doute grâce à cette formation en musique populaire, puis à mes études en orgue classique au Cégep de St-Laurent et au Conservatoire, que je suis aujourd’hui une musicienne polyvalente qui n’a pas peur d’explorer des avenues différentes en présentant des programmes musicaux étonnants, originaux, intéressants et accessibles au public.


Quelle était votre première expérience professionnelle comme pianiste et, puis, comme organiste?

Tout d’abord, mon instrument principal est l’orgue. Ma première expérience professionnelle à l’orgue a été à l’âge de 17 ans pour une célébration de mariage avec un quatuor à cordes. Je me souviens que je trouvais cela stressant, je jouais avec Jean-Luc Morin,  professeur de violoncelle au cégep de St-Laurent et d’autres professionnels, mais cela s’était très bien passé. Ma première expérience professionnelle au piano est vague dans mon souvenir, c’était sûrement entre 17 et 19 ans, en accompagnant probablement un chœur.


Avez-vous toujours planifié de maintenir une carrière diverse comme pianiste, organiste de concert et de liturgie, ou bien, les circonstances vous ont surpris?

Oui et non. Après mon premier prix de Conservatoire, j’avais entrepris un baccalauréat en enseignement collectif de la musique au primaire et au secondaire. Mon objectif au départ était de perfectionner mon instrument pour ensuite enseigner dans les écoles, tout en continuant de donner des concerts. Or, je n’ai pas du tout aimé mon expérience d’enseignement dans les écoles. À 25 ans, mon plan de carrière était chamboulé et je  n’étais pas préparée du tout pour faire carrière uniquement comme interprète et en vivre décemment. Entre 25 et 27 ans, ce fût une période difficile de ma vie, je n’avais pas vraiment de projet, je me posais des questions sur mon avenir et je n’avais pas toutes les cordes à mon arc comme aujourd’hui. J’ai donc travaillé à temps plein dans diverses entreprises privées, pas nécessairement reliées au domaine culturel, comme adjointe administrative, commis bureau et même réceptionniste, tout en continuant de donner des concerts. Ce fût une période de transition où je ressentais le besoin d’avoir une sécurité financière et un emploi stable. Je ne regrette pas cette période, cela m’a permis de voir plus clair, d’acquérir une expérience de travail différente et de réaliser par la suite que je n’étais pas destinée à ce genre de vie. C’était difficile car je faisais des semaines de 40 heures au bureau, en plus de mon poste d’organiste la fin de semaine, tout en continuant de donner des concerts. Depuis 2009, j’ai décidé de gagner ma vie entièrement avec la musique en passant par-dessus mes craintes et mes insécurités, mais surtout en y mettant toute l’énergie nécessaire pour que cela fonctionne et en gardant toujours le cap sur mes objectifs. Aujourd’hui, je suis travailleur autonome, j’enseigne en privé (une formule qui convient davantage à ma personnalité), j’ai une vingtaine d’étudiants en piano et quelques-uns en orgue, je suis organiste titulaire à la Cathédrale de St-Jérôme, un nouveau poste depuis mai 2012, et je donne régulièrement et de plus en plus de concerts. Mon emploi du temps est bien rempli et je suis beaucoup plus heureuse maintenant, car je vis de mon art et j’ai réussi à diversifier mon champ d’actions et de compétences.


Quelles sont les plus grands défis de mener une telle carrière?

Savoir gérer son emploi du temps. En effet, je suis ma propre agente, je dois donc aller de l’avant pour vendre mes idées et projets de concerts mais en même temps, je reçois de plus en plus d’offres aussi. Je passe beaucoup de temps à répondre aux courriels, à faire des appels téléphoniques, préparer les nombreux programmes de concerts qui sont souvent très différents des uns des autres, gérer mon agenda et mon travail à la cathédrale comme organiste liturgique mais aussi comme ambassadrice de l’orgue de la cathédrale à St-Jérôme. De plus, je travaille sur un projet de restauration des grandes orgues de la Cathédrale et j’organise des concerts bénéfices à ce propos, sans compter d’autres nouveaux projets à venir autour de ces grandes orgues. Aussi, mon horaire en enseignement prend une bonne partie de mon temps, sans compter le voyagement d’une ville à une autre et la pratique de mon instrument.


Comment pensez-vous que le système de formation musicale doit enseigner les attentes et les exigences du monde professionnel?

Pour ma génération et nos prédécesseurs dans ce domaine, je dirais que nous avons appris les attentes et les exigences du monde professionnel une fois arrivés sur le marché du travail. C’est un milieu difficile et très compétitif. J’ai d’ailleurs suivi une formation intensive en gestion de carrière artistique il y a environ 4 ans. J’avais déjà de bonnes aptitudes pour gérer ma carrière mais cette formation a consolidé le tout et m’a aidé dans quelques aspects que je connaissais moins. Je crois que tous les étudiants en musique devraient avoir un cours de gestion de carrière pendant leurs études. D’un autre côté, il y a tellement de facteurs qui influencent une carrière. Ce cours ne peut pas tout enseigner du milieu professionnel, c’est impossible, d’autant plus que le monde professionnel évolue lui aussi. Il y a tant de rencontres à faire dans le monde musical et il faut être très persévérant, avoir une volonté de fer malgré les obstacles et être très travaillant, j’en sais quelque chose. Le talent n’est pas suffisant, il y en a beaucoup au Québec, il faut se démarquer des autres. La personnalité est aussi un facteur non négligeable pour se faire engager. Enfin, il y a aussi le hasard et la chance, un facteur un peu plus frustrant pour le musicien en début de carrière. En effet, il faut être au bon endroit au bon moment et c’est une très petite minorité qui réussit à avoir un ou une mécène par exemple ou une grande équipe de marketing pour démarrer leur carrière musicale. Nous en parlons peu, mais je dis souvent qu’il faut de l’argent pour développer la carrière d’un musicien, ce qui n’est pas le cas de bien d’entre nous. Enfin, il y a aussi les relations publiques et les contacts avec les bonnes personnes. Bref, il y a des aspects sur lesquels nous avons du pouvoir et d’autres sur lesquels nous n’avons pas d’emprise, comme la chance et le hasard.


Vous avez déjà emporté quelques prix comme organiste. Planifiez-vous de participer aux grands concours d’orgue internationaux? Sinon, pourquoi pas?

Honnêtement, j’ai participé à plusieurs concours dans la vingtaine et cela m’a apporté plus souvent qu’autrement des déceptions. Je trouvais cela difficile et décourageant de me rendre toujours en finale mais de ne jamais remporter les grands concours importants. Et puis, c’était très stressant, je n’avais pas vraiment de plaisir à jouer dans ce contexte de compétition. Dans un concours, il y a beaucoup de pression et j’aurais souhaité remporter des prix importants mais ce ne fût pas le cas et j’ai lâché prise. J’ai réalisé que les concours, ce n’était pas le chemin que je devais suivre et j’ai bâti ma carrière autrement. Le dernier concours auquel j’ai participé fût le Prix d’Europe il y a 6 ans. Je n’ai pas gagné de bourses mais j’étais très fière de ma performance et j’avais reçu de très beaux commentaires de deux juges pianistes qui avaient téléphoné mon ancien professeur au Conservatoire. À ce moment-là, je me suis dit que c’était ma dernière participation à un concours et que je devais cesser de mettre de l’énergie sur quelque chose qui ne fonctionne pas. Et puis, un concours, c’est très subjectif. Enfin, à 36 ans, j’ai dépassé l’âge limite de bien des concours, je préfère laisser ma place aux plus jeunes que moi (sourire).


Vous manifester un intérêt dans les arrangements pour orgue de répertoire orchestral. Avez-vous déjà fait vos propres transcriptions et si oui, comment balancer-vous les exigences stylistiques avec les qualités particulière de l’instrument?

La plupart des arrangements sont faits par d’autres arrangeurs que moi. Toutefois, il m’est arrivé de faire l’arrangement de quelques œuvres. Je m’efforce de faire en sorte que l’écriture soit la plus fidèle possible à l’œuvre tout en faisant en sorte que l’exécution à l’orgue soit naturelle. Aussi, la registration est très importante dans les transcriptions. Je passe plusieurs heures à préparer les différentes couleurs des jeux de l’orgue de sorte que cela soit le plus près possible des instruments utilisés dans la version originale. Les nuances sont également primordiales dans l’exécution de l’œuvre et les orgues romantiques sont à mon avis privilégiées pour interpréter ce répertoire orchestral.


Vos clients, démontrent-ils des attentes professionnelles différentes de vous comme organiste comparé à vous comme pianiste? La clientèle, comment est-elle différente?

Étant tout d’abord organiste, je donne beaucoup plus de récitals à l’orgue qu’au piano. Je donne plusieurs récitals à l’orgue mais j’accompagne aussi des chœurs, des solistes, des orchestres et ensembles de musique de chambre. Au piano, c’est différent car je fais surtout de l’accompagnement, que ce soit pour accompagner des chœurs, des chanteurs ou bien des étudiants en musique. J’ai aussi un trio qui se nomme Danza dans lequel je suis pianiste et nous interprétons des tangos et de la musique tsigane. De plus, mon répertoire au piano est très différent de celui à l’orgue. Je fais de la musique de film, de la musique populaire, du jazz mais aussi du classique. La clientèle est légèrement différente, surtout pour l’ensemble Danza avec lequel nous donnons souvent des spectacles extérieurs pendant la saison estivale, la clientèle est donc plus jeune et il y a plus de familles. Sinon, la clientèle est semblable tant au piano qu’à l’orgue.


Avez-vous des projets actuels que vous aimeriez partager avez les lecteurs de notre revue?

Outre les nombreux concerts que je donne régulièrement, je prépare actuellement une tournée en France pour juillet 2014. Je jouerai notamment au Festival international d’orgue de Bordeaux, au Festival Orgue en Plein Jeu à Montpellier et aux heures d’orgue à St-Antoine d’Isère. Il est probable que d’autres récitals s’ajoutent d’ici là ailleurs en France. Comme je le mentionnais précédemment, je travaille aussi sur un projet de restauration des grandes orgues de la Cathédrale de St-Jérôme. Ce sera un travail de longue haleine qui s’échelonnera sur quelques années, le temps de trouver le financement nécessaire pour réaliser les différentes phases de travaux. Nous sommes également en train de créer le cercle des Amis de l’orgue de la Cathédrale de St-Jérôme pour la mise en valeurs de l’instrument.
Je vous remercie de m’avoir accordé cette entrevue, en espérant que vous lecteurs auront appris à me connaître davantage. Vous pouvez également me suivre sur mon site web
 
Share
Tweet
Forward to Friend
+1
Share
Like our centre!
Like our centre!
Email us!
Email us!
On Thursday Nov. 29th the CBC program "Ideas" presented an hour-long programme on the pipe organ and included interviews with Dame Gillian Weir, Jacquelin Rochette and William O'Meara. Several RCCO members who heard the program have highly recommended it and I invite you to check it out at http://cbc.sh/4u3pMuC.
Recevez-vous ce courriel dans la section « publicité » de votre nouvelle boîte gmail? Pour le recevoir dans la section régulière, cochez le message et trainez-le là-bas. Par la suite, confirmez votre préférence en cliquant sur « oui ».
 
Are you receiving this message in the “publicity” section of your new gmail inbox? To receive it in the regular section, tick the message and drag it there. Afterwards, confirm your preference when asked to do so.
 

Sollicitation de contributions Call for contributions


Voulez-vous annoncer vos activités avec nous? Notre centre distribue non seulement sa revue 4 fois par année, mais aussi une newsletter une ou deux fois par mois. Envoyez-nous des nouvelles, articles, commentaires, sondages via facebook ou par courriel: rccomontreal@gmail.com

Would you like to publicize your activities with us? Our centre distributes not only its bulletin 4 times a year, but also a newsletter once or twice a month. Send us news, articles, commentaries, questionnaires via facebook or by e-mail: rccomontreal@gmail.com

Le 2013-2014 Conseil d'administration The executive


Président | President: Rafael de Castro
Vice-Président | Vice-President: Christopher Grocholski
Trésorier | Finance officer: Ed Brown
Secrétaire | Administrative assistant: Suzanne Ozorak
Chapelaine | Chaplain: The Reverend Gwenda Wells, prêtresse
VP Concours d’orgue Lynnwood Farnam organ competition: Jonathan Oldengarm
VP Communications: Thomas Leslie
Rédactrice de la revue et de la newsletter | Editor of the bulletin and of the newsletter : Alexandra Fol
VP relation avec les membres et affaires externes | VP Membership relations and external affairs: Pierre Cabana
Archivist | Archivist: David Szanto
Affaires d’étudiants | Student affairs: Alexander Ross and Helen Tucker
Membres à titre personnel | Members at large: Sean Mayes and Peter Binsse
Share
Tweet
Forward to Friend
+1
Share
Like our centre!
Like our centre!
Email us!
Email us!
Copyright © 2013 Royal Canadian College of Organists, Montréal Centre, All rights reserved.


unsubscribe from this list    update subscription preferences 

Email Marketing Powered by Mailchimp