Copy
View this email in your browser

La lettre de Pro Fribourg

No 4, juillet 2014


Sommaire

1. Editorial
2. Visitez l'exposition de Pro Fribourg
3. Menaces sur le patrimoine: à quand des décisions participatives ?
4. Patrimoine et énergies renouvelables: le problème reste entier.
5. Cressier-sur-Morat ou comment revitaliser un centre historique
6. Péril sur la halle d'embouteillage de Cardinal

1. Editorial

A la veille de vacances bien méritées, Pro Fribourg vous adresse encore quelques mots pour vous souhaiter d’abord de passer un bel été. Mais aussi pour rappeler quelques-uns de nos soucis face à des projets et des évolutions législatives qui ne sauraient nous laisser indifférents : 50 ans après les premiers engagements de Gérard Bourgarel et de Pro Fribourg, nous ne saurions nous reposer sur un coussin de tranquille certitude. Au contraire, tant à l’échelle fédérale que cantonale, pour ne rien dire de certaines de nos communes, le patrimoine naturel et bâti reste particulièrement fragile, malgré toutes les protections que l’on a pu mettre en place. Parce que ce sont ces protections qui sont désormais menacées et que les objets et sites qui sont livrés aux spéculations et visées iconoclastes risquent de défigurer encore plus notre environnement, notre qualité de vie, et rendre ainsi complètement caduc un discours officiel sur le développement durable qui confine  à la langue de bois. 

2. Visitez l’exposition de Pro Fribourg

 
Durant tout l’été, la Bibliothèque cantonale et universitaire de Fribourg nous fait l’amitié de réserver son espace d’exposition au premier demi-siècle d’activités de Pro Fribourg. De la fondation du mouvement aux initiatives citoyennes des années 1980, les documents proposés sont articulés autour de quelques moments et domaines exemplaires : la rue des Bouchers à Fribourg, la fondation même du mouvement, la curiosité universelle de Gérard Bourgarel, etc. Grâce à Olivier Suter et au personnel de la BCU, le tout forme un ensemble stimulant et agréable. Nous ne pouvons que vous inviter à passer quelques minutes à la BCU et à faire savoir à votre entourage l’intérêt de la manifestation.
A voir jusqu’au 30 août, rue Joseph-Piller 2, 1700 Fribourg

Bibliothèque cantonale et universitaire, l'entrée de l'exposition, source Pro Fribourg

3. Menaces sur le patrimoine : à quand des décisions participatives ?

 
La presse l’a rapporté tout dernièrement, le 50e de Pro Fribourg a été marqué, entre autres, par un débat entre Philippe Biéler, ancien conseiller d’Etat vaudois, et Beat Vonlanthen, actuel directeur de l’économie. Parmi les thèmes abordés, il en est un qui, décidément, ne passe pas la rampe. Il s’agit de l’organisation des procédures d’élaboration et de mise en œuvre des projets touchant au patrimoine naturel et bâti. Les milieux économiques et politiques n’ont de cesse de se plaindre des oppositions et recours des associations écologiques et patrimoniales qui retardent l’exécution des travaux et en augmenteraient la facture finale. Or, l’expérience l’a démontré à l’envi, lorsque ces associations sont intégrées dès les premières étapes d’un processus, la démarche globale s’en retrouve complètement améliorée puisque les consensus obtenus rendent inutiles les procédures administratives et judiciaires et le temps consacré à travailler à des consensus équilibrés est largement compensé par la facilité avec laquelle les projets peuvent ensuite être concrétisés. Mais les propos tenus par notre ministre de l’économie confirme que Fribourg, enraciné dans des pratiques qui n’ont de démocratiques que l’apparence, est encore loin d’un tel modèle de fonctionnement autrement plus efficace et, lui, réellement démocratique. 

Le projet éolien du Schwyberg, source groupe E grennwatt SA

4. Patrimoine et énergies renouvelables : le problème reste entier


Des panneaux solaires sur le toit de la cathédrale ? Vous n’y pensez pas. Quoique ! En effet, sous couvert de faciliter la réalisation d’installations productrices d’énergie renouvelable (éoliennes, biogaz et panneaux solaires), les promoteurs ont mis en route un travail de sape qui menace l’entier de notre patrimoine protégé au motif prétendument louable de développement durable et de renoncement au nucléaire. Or, ce n’est pas de cela qu’il s’agit, ou pas seulement. Ce qui est recherché, c’est l’affaiblissement global des protections obtenues difficilement au cours des décennies passées afin de créer une brèche dans laquelle ces projets permettront de tout remettre en cause. Les organisations protectrices du patrimoine naturel et bâti se retrouvent dos au mur : avec des moyens limités et que le législateur fédéral veut encore restreindre, elles doivent tout reprendre à zéro pour sauver non seulement de nouveaux sites et bâtiments menacés, mais également des objets et des paysages au bénéfice d’une protection. Notre pays est trop petit pour permettre n’importe quoi n’importe où, et pourtant c’est bien ce qui est en train de se préparer, quand ce n’est pas déjà en train de se réaliser. Et pour des productions surestimées dans un pays qui ne se caractérise pas par un ensoleillement et un régime des vents sérieusement capables d’atteindre les objectifs annoncés à coups de milliers de ménages desservis. Et tout ceci alors que des milliers de mètres carrés d’installations collectives (halles de sports, salles polyvalentes) et privées (entreprises et halles de toute nature) offrent facilement les surfaces projetées. 

Faut-il sacrifier ce paysage protégé du Petit-Vivy pour produire du biogaz? source Pro Fribourg

5.  Cressier-sur-Morat ou comment revitaliser un centre historique


La commune de Cressier-sur-Morat a fait le bon choix : plutôt que laisser la place aux démolisseurs et aux promoteurs, elle a décidé de moderniser son centre historique en en respectant les objets protégés et en leur redonnant une nouvelle jeunesse. Ouvert au printemps 2013, un concours d’architecture avait pour but de redonner vie à deux fermes et à une ancienne école, propriétés de la commune depuis 2012, en respectant leur identité et leur insertion dans un site ancien et en privilégiant des critères qualitatifs. La démarche, qui correspond parfaitement aux objectifs de Pro Fribourg, a abouti à donner la préférence au projet « retour vers le futur », du bureau d’architectes LVPH, à Pampigny.
Articulé autour d’une place centrale appelée à devenir un lieu de sociabilité, le projet primé prévoit de restaurer les objets existants et de construire de nouveaux volumes qui prendront place discrètement à côté des anciens. Plusieurs espaces privés et communautaires et des liaisons piétonnes offriront un cadre de vie intégrant l’ancien et le nouveau aux futurs habitants - la commune restera propriétaire des logements et surfaces collectives ; l’accent mis sur la convivialité des espaces publics sera renforcé par le fait que les voitures (places de parc et circulation) seront maintenues à l’extérieur du périmètre sans que celui-ci soit le moins du monde isolé du reste du village.
La commune de Cressier-sur-Morat donne ainsi l’exemple, que l’on espère évident, d’une collectivité publique qui œuvre dans l’intérêt de ses habitants en leur offrant un cadre de vie de qualité tout en respectant la présence de l’histoire au cœur de son identité. 

La maquette du projet, source LVPH architectes, Pampigny
 

6. Péril sur la halle d'embouteillage de Cardinal


Le projet de réaffectation transitoire et provisoire de la halle d’embouteillage de Cardinal - protégée en valeur A-  prévoit des espaces-laboratoires destinés à des start-ups.
La réutilisation d’un des bâtiments phare du site nécessite une réflexion à long terme et une attention toute particulière. Peut-on se permettre de prétériter l’avenir d’un tel espace ? Suffit-il de maintenir intacte sa structure porteuse et diviser l’espace en cellules commerciales chauffées individuellement ? Tout cela sans tenir compte du potentiel socio-culturel du lieu et de sa capacité à renforcer l’identité du futur Parc national d’innovation. A défaut de trouver dès maintenant des réponses à ces questions, la substance originelle de l’icône est vouée à disparaître avant même d’avoir pu prouver sa faculté d’adaptation à de nouveaux programmes évolutifs. 

La halle d'embouteillage de l'ancienne brasserie Cardinal, source Pro Fribourg
Copyright © 2014 pro fribourg, All rights reserved.

Our mailing address is:
pro fribourg
Boulevard de Pérolles 13A
Fribourg 1700
Switzerland

Add us to your address book


Se désinscrire de la liste    mettre à jour les infos personnelles

Email Marketing Powered by Mailchimp