Copy
View this email in your browser

La lettre de Pro Fribourg

No 1, novembre 2013


Pro Fribourg lance sa lettre d’informations


Chers amis du patrimoine et des paysages fribourgeois, nous vous adressons notre première lettre d’informations. Le rythme de notre revue, qui ne changera pas, ne nous permet en effet pas de coller à une actualité qui exige une réactivité souvent rapide. Plusieurs fois par année, nous allons donc attirer votre attention sur des projets, des décisions ou sur la passivité des acteurs privés ou publics qui interviennent dans notre champ d’observation. Par des textes brefs et quelques photographies, à chaque fois, nous dénoncerons ce qui méritera de l’être, nous mettrons en garde face à des projets qui menaceront notre patrimoine, mais nous soulignerons aussi les réalisations intéressantes, les succès dans la restauration et le respect des traces laissées par nos devanciers, par leurs activités économiques, sociales et culturelles. Certains de ces sujets seront peut-être, en fonction de leur importance, repris dans notre revue pour un approfondissement nécessaire à la mesure des enjeux et des problèmes du moment.

Nous le ferons parce que c’est la mission que nous nous sommes donnée et qu’il est essentiel que cela se fasse. Trop souvent des bâtiments, des paysages, des œuvres d’art sont dénaturés ou détruits dans une relative indifférence et cette passivité n’est pas digne de la démocratie dans laquelle on nous dit avoir la chance de vivre. «Développement durable», cette expression figure depuis quelques années dans la plupart des discours et nombre de projets sont présentés sous cet étendard prétendument incontestable. Or, il s’en faut de beaucoup. Parce que le qualificatif de durable est trop souvent le paravent du profit à cours terme et cautionne tout et n’importe quoi en matière de patrimoine et d’aménagement. Soyons donc vigilants afin que le monde que nous transmettrons à nos descendants soit d’une qualité qui dépasse l’état dans lequel nous en avons hérité.

Menace sur la propriété de Courten, à Villars-sur-Glâne


Cette belle propriété, avec château (valeur de recensement A), maison du personnel (valeur de recensement C), le tout dans un écrin d’arbres et de verdure remarquables, est depuis peu menacée par un projet immobilier qui a commencé d’en dénaturer complètement l’identité. Pourtant, dans un inventaire, il est souligné que cette propriété figure dans la liste des périmètres de protection des sites bâtis ou aménagés avec cette mention: «Propriété de Courten avec de magnifiques arbres, située sur la crête entre la forêt de Belle-Croix et l’église.» (Document des Services techniques de l’Aménagement du territoire du canton de Fribourg)

Pro Fribourg a déposé une opposition à chaque étape du projet, mais les travaux ont déjà porté une atteinte irréversible à l’ensemble.

Propriété de Courten avec de magnifiques arbres, située sur la crête entre la forêt de Belle-Croix et l’église

Encore un témoin du passé qui va disparaître : le Café du Cerf à Vuisternens-devant-Romont


«Bonjour, vous êtes bien au Country Lodge chez Ana à Vuisternens-devant-Romont. Nous avons le regret de vous annoncer que le restaurant a définitivement fermé ses portes pour cause de démolition du bâtiment
C’est le message que le répondeur adresse à tout appel vers l’établissement. Parce que, tel un bateau lancé sur son erre mais dans un grand silence, la démolition semble irréversible autant que paradoxale. En effet, destiné à disparaître pour laisser la place à une chicane devant gêner la circulation, ce magnifique bâtiment remplissait justement, outre ses fonctions sociales et sa qualité de témoin de l’architecture rurale du XIXe siècle - il date de 1835 -, ce rôle d’empêcheur de circuler trop vite. Mais la logique routière, ou ce qui en tient lieu, l’a emporté. Et ceci malgré une déclaration du Directeur de l’aménagement, de l’environnement et des constructions, Maurice Ropraz, assurant que «toutes les options étaient ouvertes», alors que, en réalité et comme trop souvent, tout était décidé d’avance sans que quiconque n’ose le dire ni ne le fasse savoir publiquement. Le député pdc Dominique Butty s’était ému de la disparition de cet édifice protégé [niveau de protection B] dont il soulignait, en juin dernier, qu’il «fait partie de l’univers bâti et architectural de notre commune» en même temps qu’il avançait des arguments financiers. Rien n’y a fait. La pioche des démolisseurs semble devoir l’emporter sur toute autre considération. Et ce n’est pas la première fois. [cf. La Liberté du 27 juin 2013]

Que vont devenir les locaux de la Fabrique de Chocolats Villars ?


La presse nous l’a appris, la fabrication du chocolat a quitté l’usine (valeur de recensement A) construite par Wilhelm Kaiser pour s’installer dans les anciens locaux de la Dyna, un peu plus haut sur la même route de la Fonderie.

Ce bel ouvrage industriel mérite une attention particulière, en relation avec son environnement de bâtiments qui rappellent, et ils sont bientôt les derniers, que Fribourg a aussi été une ville industrielle. Au début du XXe siècle, c’est toute cette zone du plateau de Pérolles qui était industrielle (voir l’ancienne fabrique de pâtes La Timbale devenue école, ou la Fabrique de wagons transformée en Faculté des Sciences de l’Université avec le Musée d’histoire naturelle). Des témoignages importants de ce passé ont été saccagés et détruits, il est donc urgent de préserver l’ensemble des constructions de cette portion de la route de la Fonderie. Alors que les exemples de mise en valeur de tels patrimoines abondent en Europe, pourquoi Fribourg reste-t-elle si timorée au lieu d’assumer ces belles architectures de son passé? Rappelons que le nom de la chocolaterie trouve son origine dans le fait que, au moment de sa construction, elle se trouvait encore sur le territoire de la commune de Villars-sur-Glâne.

Une initiative parlementaire menace la protection des sites et des paysages


Berne, le 22 février 2012. Un conseiller aux Etats libéral-radical zougois, Joachim Eder, dépose une initiative parlementaire visant à réviser la Loi fédérale sur la protection de la nature et du paysage. Soutenant son projet par des arguments prétendument écologiques et démocratiques, l’auteur ne vise rien moins que l’affaiblissement des expertises de la Commission fédérale pour la protection de la nature et du paysage (sites construits, monuments et paysages inscrits ou à inscrire aux inventaires fédéraux) et de la Commission fédérale des monuments historiques. Plus grave, un an plus tard, les commissions de l’environnement des deux chambres fédérales acceptent l’initiative et la révision législative va donc démarrer. «Un affront!» tonne Patrimoine suisse face à ce projet qui, en effet, veut en fait subordonner l’intérêt national aux intérêts particuliers des promoteurs immobiliers. C’est donc tous les sites d’importance nationale qui sont menacés et les organisations suisses concernées ne s’y sont pas trompées et elles ont fondé Alliance Patrimoine cette année encore, regroupant Archéologie suisse, Le Centre national d’information pour la conservation des biens culturels, Patrimoine suisse et la Société d’histoire de l’art en Suisse, soit au total 92'000 membres, avec pour but de défendre sur la scène politique les intérêts des quatre membres fondateurs. Pro Fribourg ne peut que souscrire à la démarche qui ira, si nécessaire, jusqu’au referendum, et nous suivrons avec attention les interventions des parlementaires fribourgeois sur ce sujet essentiel pour le patrimoine que nous transmettrons aux générations suivantes. On ne peut en effet à la fois vanter la beauté de nos sites et paysages et, en même temps, les brader au profit des intérêts particuliers.

Lovens: un projet immobilier démesuré dans un site protégé, évité de justesse grâce aux oppositions des villageois et de Pro Fribourg.

ACTION DE  SAUVEGARDE DE LA PASSERELLE DE KERZERS (CHIÈTRES)

www.passerelle-kerzers.ch
Un important exemple de passerelle piétonne au cœur d’un bel ensemble de la gare doit trouver une nouvelle jeunesse!

Construite en 1909, la passerelle nécessite une urgente remise en état. Les CFF sont prêts à financer la restauration et le traitement anticorrosion du pont, à la condition qu’elle puisse léguer la passerelle à un groupe de soutien ou fondation bien structuré et motivé à prendre en charge la restauration du pont dans 30 ans.  L’action de recherche d’une structure de soutien ou de la création d’une fondation continue d'ailleurs à bonne allure!  
                               
Nous ne pourrons aboutir à notre projet, uniquement avec le soutien de nous tous réunis et avons  jusqu’au 30 novembre 2013 pour trouver des:

•    Responsables et membres pour le groupe de soutien voir une fondation
•    Idées pour une seconde utilité ou utilisation de la passerelle
•    Moyens financiers supplémentaires
•    Collaborateurs/trices dans l'autorité institutionnelle
•    Canaux pour la publicité informelle et/ou le bouche à oreille

Un nouveau contrôle général de la structure du pont ne sera pas nécessaire avant  80 ans. Après 30 à 40 ans un nouveau traitement anticorrosion sera nécessaire (coût estimatif de Fr. 200'000.-). Le Canton et la Confédération ont consenti à un capital de départ de Fr. 40'000.- chacun. La fondation des Chemins de fer du Kaeserberg nous soutient avec Fr. 20'000.-, la société Patrimoine Suisse Fribourg avec Fr. 1'000.- et des personnes privées avec Fr. 500.. D’autres demandes auprès des fondations Pro Patria, Patrimoine Suisse, Association régionale du Lac (Regionalverband See), ainsi que la Loterie Romande (LoRo) sont en préparation. SBB Historic, NIKE(Nationale Informationsstelle für Kulturgüter-Erhaltung)  et Patrimoine Suisse  informent le public au sujet de notre projet dans tout le territoire national . Enfin, le Conseil Communal de Chiètres et Monsieur Daniel Lehmann, préfet du district du lac, nous aident dans les démarches entreprises et à entreprendre dans la région.

Le temps court. Toutes suggestions et soutiens sont bienvenus. Nous nous engageons toutes et tous pour faire jouir les générations futures de 150 m de parcours de 100 ans de culture de chemin de fers.

Avec nos salutations les meilleures, Projektgruppe  «Pro Passerelle Kerzers»
Copyright © 2013 pro fribourg, All rights reserved.

Our mailing address is:
pro fribourg
Boulevard de Pérolles 13A
Fribourg 1700
Switzerland

Add us to your address book


Se désinscrire de la liste    mettre à jour les infos personnelles

Email Marketing Powered by Mailchimp