Copy
View this email in your browser

La lettre de Pro Fribourg

No 5, octobre 2014


Sommaire

1. Editorial
2. Nouvelle menace sur le patrimoine.
3. Pour la restauration de la peinture de la gare de Fribourg.
4. Les pavés: un luxe pour une ville historique?
5. Villarbeney: le mitage du territoire se poursuivrait-il?
6. La gare de Grolley: requiem pour un engagement.

1. Editorial

Les mois passent, les années mêmes. Et pourtant l’inquiétude demeure. Certes les bonnes nouvelles ne manquent pas, en témoigne le projet de restauration de la peinture du hall principal de la gare de Fribourg. Mais ces informations rassurantes sur l’attention à notre patrimoine ne suffisent pas à masquer la fragilité toujours plus grande de ce dernier face à ce qui ressemble de plus en plus à un travail de sape. Que celui-ci soit dû à la négligence ou à l’indifférence, peu importe. Notre combat doit continuer, en relation avec celui que mènent les associations cantonales et fédérales sensibles à la transmission d’une mémoire matérielle indispensable aux générations futures. Parce que c’est cela aussi, le développement durable ! Et parce que priver une société de sa mémoire, ou simplement l’affaiblir, c’est la fragiliser dangereusement. 
 

2. Nouvelle menace sur le patrimoine: l'exemple vient d'en-haut!


Après l’annonce d’une intervention parlementaire fédérale visant à affaiblir la capacité de protection des instances concernées par les objets reconnus d’importance nationale, c’est au tour du conseil fédéral de donner un fort mauvais signal. Dans son projet de budget alloué à la culture, au-delà de la perspective réjouissante de l’augmentation de l’enveloppe globale, il va à l’encontre de tous nos efforts en proposant une baisse importante du montant prévu pour la protection des bâtiments historiques. Concrètement, pour un budget total passant à 900 millions pour la période 2016 - 2019, la part réservée aux monuments historiques reculerait de 38 à 22 millions de francs. D’où une réaction de mécontentement des cantons et des associations patrimoniales. Avec Patrimoine suisse, nous ne pouvons que dire fermement notre inquiétude face à une marque évidente de désintérêt et notre détermination à nous opposer à ce volet du projet. 
 
Au coeur de Châtel-St-Denis, dans un site d'importance nationale, le bâtiment du café de la Veveyse à tout simplement disparu! (à droite de l'immeuble bleu). Source: Pro Fribourg

3. Pour la restauration de la peinture de la gare de Fribourg

 
Pour ceux qui ont quelque mémoire, le hall de la gare de Fribourg a subi des rénovations qui confinent au bouleversement. Plus rien ou presque ne reste de l’état originel des lieux et, ce qui ne manque pas d’inquiéter, l’ensemble de l’édifice ne fait l’objet que d’une très timide protection. Situation pour le moins étonnante à propos d’un bâtiment important dans l’image du Fribourg de l’entre-deux-guerres. Parmi les rares éléments survivants, le tableau de Louis Vonlanthen s’est fortement dégradé depuis 2010, malgré une première restauration en 1994, et le pire était à craindre. Cette imposante huile sur toile, marouflée sur mur et faisant environ 13 mètres carré, représente Gruyères et les Vanils. Fort heureusement, les dernières nouvelles sont peut-être rassurantes : la situation serait sous contrôle du côté des CFF et le dossier en cours de traitement. La situation est urgente car le maintien de cet élément du patrimoine est impératif. Même si ce dernier est bien isolé dans sa fonction mémorielle. 

Gruyères et les Vanils de Louis Vonlanthen. Source: Pro Fribourg

4. Les pavés: un luxe pour une ville historique?


C’est à n’y plus rien comprendre. Fribourg ville historique, Fribourg dont l’autorité locale ne manque jamais de se targuer de la beauté de ses quartiers anciens, Fribourg dont les règlements et plans prévoient - obligent même - le maintien d’un pavage sur plusieurs de ses voies de communication, piétonnes en particulier, eh bien, Fribourg se permet de ne pas respecter les règles qu’elle se fixe elle-même. Le goudronnage des trottoirs de la Neuveville illustre à l’envi ce non-respect et nous invitons les responsables communaux à rétablir au plus vite une situation respectueuse du caractère historique du quartier. 

La rue de la Neuveville à Fribourg. Source: Pro Fribourg

5.  Villarbeney: le mitage du territoire se poursuivrait-il?


Villarbeney est un hameau d’une centaine d’habitants qui fait partie de la commune de Botterens depuis la fusion en 2006. Composé essentiellement de chalets et de fermes anciennes, il reste l’un des rares lieu de la région relativement bien préservé.
Sur le versant Est, une forêt de gabarits est apparue dans la prairie, dessinant les contours du projet immobilier « La Perle de la Gruyère » mis à l’enquête en juillet 2014. Avec 30 nouveaux logements, la population de Villarbeney va carrément doubler.
Le fait que cette zone à bâtir de faible densité appartienne à un seul promoteur, permettait d’espérer un projet harmonieux qui éviterait le patchwork architectural scandaleux que l’on trouve dans certaines communes voisines – Corbières, Hauteville, etc.
Quantité et intégration, c’est sur ces deux points que se focalise à raison toute l’inquiétude des villageois qui redoutent une défiguration du village. Une vision locale ne peut que conforter cette préoccupation.
Le projet, tel que présenté, va former dans le paysage une zone de béton visible depuis la rive opposée du lac de la Gruyère. Les plans mis à l’enquête n’offrent aucune vision de l’aspect de l’ensemble, ni celui des façades. Cela renforce la méfiance face à l’ampleur du projet. Quand à l’accès routier, c’est un problème non résolu, puisque la route riveraine est étroite et pentue, difficilement praticable en hiver, initialement dimentionnée pour desservir un chalet d’alpage.
Nous souhaitons que le syndic et le conseil communal, à l’écoute des opposants, des 38 signataires de la pétition lancée à l’initiative d’une habitante, revoient à la baisse ce projet immobilier et mettent tout en œuvre pour réaliser des constructions de qualité.
Botterens serait célèbre non seulement pour ses meringues, mais aussi citée en exemple d’intégration particulièrement soignée et réussie d’un quartier contemporain dans un tissu villageois ancien. 

Gabarits de "La Perle de la Gruyère" à Villarbeney (détail). Source: Pro Fribourg

6. La gare de Grolley : requiem pour un engagement


Souvenez-vous ! Il y a une dizaine d’années, au terme d’un combat serré, l’Ancienne Gare de Fribourg était sauvée et devenait un centre culturel toujours dynamique. Au cours des débats et échanges qui eurent lieu alors, il fut question du maintien d’autres édifices appartenant à la régie fédérale des transports ferroviaires. Et l’un des bâtiments évoqués comme intéressant fut la gare de Grolley. Et l’engagement fut pris de la conserver comme témoin de l’histoire du trafic voyageur dans une localité campagnarde, témoin modeste certes, mais qui méritait d’être préservé comme exemple de nombreux autres édifices du même type.
Souvenez-vous ! En 2011, lors d’une assemblée communale à Grolley, le sort de cette gare n’était pas scellé, de l’aveu même de l’intervenant chargé d’informer les citoyennes et citoyens présents sur les travaux envisagés pour mettre la halte de la commune aux nouvelles normes.
Vous souviendrez-vous du 24 juillet 2014, lorsque, les premiers engagements étant oubliés et l'incertitude de 2011 n’ayant peut-être été qu’un masque, la gare de Grolley fut démolie en deux ou trois coups de pelle mécanique. Le mois de juillet étant bien sûr tout à fait choisi par hasard pour un acte irréversible. Développement durable et respect du patrimoine disions-nous dans notre éditorial !

La démolition de la gare de Grolley en juillet 2014. Source: Pro Fribourg
Copyright © 2014 pro fribourg, All rights reserved.

Our mailing address is:
pro fribourg
Boulevard de Pérolles 13A
Fribourg 1700
Switzerland

Ajoutez-nous à votre carnet d'adresses


Se désinscrire de la liste    mettre à jour les infos personnelles

Email Marketing Powered by Mailchimp