Copy
View this email in your browser
EDITO
Pierre Bilic monte au jeu
par Dominique Delhalle, vice-président APFJS
 En votant pour Pierre Bilic à la succession de Jos Segaert, l’assemblée générale de votre association désigne comme administrateur-délégué un collègue et ami affable et courtois, que l’on aime à retrouver autour d’une table de travail autant qu’à une table de restaurant. Lorsque les circonstances l’imposeront, Pierre sera aussi intransigeant dans la défense de vos intérêts, professionnels et collaborateurs. Dans la reprise en main des dossiers, il bénéficie d’ores et déjà de la collaboration de Jos (élu comme administrateur) et, au plan administratif, de celle de Geert Paternoster. « C’est nécessaire », nous glisse Pierre, « chaque jour, je dois traiter au moins un sujet, par téléphone, par mail ou sur rendez-vous ». Pour remplir ses nouvelles fonctions à « Sportspress.be », Pierre a écourté d’une bonne année sa carrière à « Sport/Foot Magazine », retraite anticipée. Il met d’ores et déjà au service de l’association sa connaissance du milieu, pardon : des milieux sportifs. Son intérêt personnel et professionnel ne s’est pas seulement porté sur le football. Branchez-le cyclisme et il vous fera voyager. Notamment dans le vignoble de feu  Luis Ocana, producteur d’armagnac…
Passage de témoin entre le nouveau (à g.) et l’ancien secrétaire général.
 
SUR LES TERRAINS
Nouveau Wi-Fi au Standard
par Marc Gérardy, président APFJS
 
Depuis le vendredi 27 février dernier, le Standard s'est doté d'un nouveau wi-fi. Ce réseau est aussi bien opérationnel en tribune de presse que sur le terrain et derrière les buts pour les photographes.  Les précédents réseaux wi-fi utilisés par les journalistes et photographes habitués ou non de Sclessin seront normalement déconnectés. Nom du réseau wi-fi SSID : STANDARD, mot de passe (clé WPA2) : internet4press. Bon travail et n'hésitez pas à vous manifester en cas de problème.

 
Qui a dit que Liégeois et Carolos ne s'entendaient pas ?
par Marc Gérardy, président APFJS
 
L'Association des journalistes sportifs professionnels de la province de
Liège a tenu son assemblée générale le 5 mars dernier à la Maison de la
Presse de Liège. Elle a ensuite organisé un repas commun avec les
correspondants. Et l'invité d'honneur était l'entraîneur carolo de Liège
Basket, Fulvio Bastianini, pour la belle saison dernière réalisée en D1
et pour le beau parcours en Coupe de Belgique cette saison. Georges
Félix, qui accueille toujours chaleureusement les journalistes belges et
étrangers au Country-Hall du Sart-Tilman pour les rencontres de l'équipe
de Liège, était aussi invité par l'Association liégeoise pour le
remercier du travail accompli (statistiques, interviews, conférences de
presse, service boissons et sandwiches, ...). L'Association liégeoise a
offert un panier de produits liégeois à Fulvio Bastianini, à son
assistant-coach carolo et à Georges Félix. Fulvio ne nous avait pas
attendus pour déguster les produits liégeois (bières, sirop, péket, ...)
et a aussi découvert la chaleur liégeoise !
Marc Gérardy remet un panier de produits liégeois à Georges Félix, l'attaché de presse du BC Liège.
 
SCRUTINS
L’AG 2015 de Sportspress.be
par Michel Salmon
 
L’assemblée générale annuelle de Sportspress.be s’est tenue le 28 février dernier à Hof ter Musschen, sympathique établissement de Woluwé-St-Pierre à deux pas du siège de l’association. Après la minute de silence traditionnelle en mémoire des confrères disparus, l’événement majeur de cette assemblée était la nomination du successeur de Jos Segaert, en place au secrétariat général depuis le 26 février 1999. Dominique Delhalle vous parle ci-dessus de la montée au jeu de Pierre Bilic. Un hommage a de nouveau été rendu à Jos pour la modernisation de l’association au cours des 15 dernières années. L’AG a aussi procédé au contrôle des comptes annuels et à une modification statutaire faisant passer les mandats de 4 à 6 ans, pour plus d’efficacité dans la durée. Le licenciement de nombreux journalistes ou collaborateurs au sein de la nouvelle structure de journaux flamands « Mediahuis » à Anvers a un impact sur le nombre d’affiliés à Sporstpress, pour la première fois en baisse. D’autres médias sont aussi concernés par des licenciements. Mais l’association nationale a aussi rappelé comment au cours de l’année écoulée elle avait défendu les intérêts des médias, notamment ceux des TV communautaires à la Pro League, ou auprès de l’équipe nationale de football, voire dans les courses cyclistes nationales avec le remplacement de Marc Van Landeghem. L’organisation du Sportif de l’année fut aussi rappelée ainsi que la fierté d’avoir la jeune francophone Nafissatou Thiam comme lauréate féminine, malgré les critiques de certains. Enfin, les statuts des ailes francophone et néerlandophone ont également été revus pour un passage en asbl dépendant de l’asbl nationale faîtière, tandis que les cotisations ont été maintenues au montant des dernières années, sans tenir compte de l’augmentation du coût de la vie. Après quoi, les membres présents ont trinqué comme il se doit avant la photo de circonstance réalisée par le nouveau représentant des photographes au sein du Conseil d’Administration, Bruno Fahy.
ÇA DOIT SE SAVOIR
A Liège, l'association des correspondants fête ses 45 ans !
par Marc Gérardy, président APFJS
 
Il y a 45 ans, le 23 février 1970, quelques correspondants sportifs, membres de l'APBJS, décidèrent de créer l'Association des Correspondants de Liège-Luxembourg au Motor Union de Liège, Boulevard d'Avroy. Ils étaient 7 : Marcel Ehlen, Léon Bataille, François Renard, Jef Hofmann, René Pierre, Pierre Tilman et Francis Delvenne. Sans oublier peu après Marcel Lantin et Marcel Colpin. Il n'en reste qu'un aujourd'hui, les autres étant décédés : Francis Delvenne, le trésorier ! Il a été mis à l'honneur par le président actuel, André Hia, lors d'un souper-anniversaire le 12 mars dernier à la cafétéria du petit Country-Hall du Sart-Tilman, "Chez Mitch", ainsi que les 8 membres actuels les plus anciens : Martial Watrin, Bernard Espreux, Jean-Pierre Lekeu, Yves Collette, Paul Monet, Jean-Marie Petit et Jean-Luc Brakmeyn. Les photos de la soirée du 45e anniversaire seront sur la Page Facebook de l'APFJS.
De gauche à droite : Francis Delvenne (dernier membre fondateur encore en vie de l'Association des Correspondants sportifs liégeois), Yves Colette, Jean-Pierre Lekeu, Martial Watrin, Paul Monet, Jean-Luc Brakmeyn, Bernard Espreux, Jean-Marie Petit, Bernard Jeunejean.
 
DÉCÈS
Hommage à Thomas Busiau
par Frédéric Larsimont
 
L'amitié est toujours en détresse lorsqu'un ami part et que les autres restent. Pour la première fois depuis qu'il avait rejoint Le Soir en décembre 2010 en provenance de la Dernière Heure/Les Sports, Thomas a fait faux bond, un matin du 16 février. Il nous a plantés là. Pas vraiment dans les habitudes de la maison pour un journaliste aussi fiable, aussi professionnel. Il fallait donc s'en inquiéter. Le moment que ses collègues et ses confrères redoutaient tant était arrivé.
 
Du mouron, nous nous en sommes tous fait pendant un an et demi. Une période que Thomas, a traversée avec une dignité inouïe, avec une force incroyable, avec une conviction inoxydable de sportif de très bon niveau (natation, athlétisme) pendant que chacun de nous se liquéfiait au fil des mois. Sans jamais faire mystère du funeste destin que lui promettait cette tumeur au cerveau dont il a toujours ouvertement parlé depuis son apparition voici 17 mois. Cette force, il nous l'a transmise durant son long chemin vers la mort.  Et plus encore durant la dernière quinzaine de sa vie, passée à la clinique du Tivoli. Avec un regard qui saisissait encore la moindre nuance mais avec malheureusement un minimum de mots, il nous a convaincus d'accepter un destin qui paraît pourtant difficilement acceptable.
Thomas est donc parti en paix comme il l'a écrit lors de son dernier message sur les réseaux sociaux. Fidèle à lui-même. Sûr de son fait. Certain d'avoir fait le tour de la question. Et d'avoir opéré le choix qui s'imposait. Notre gaillard était fait de raison, de raisonnement et rien ne pouvait le faire dévier de sa trajectoire. Sauf la maladie, qui après une dizaine d'années dans le journalisme, fut, à la connaissance de ses collègues et de ses confrères, le seul obstacle sur lequel il a buté. Le 20 février dernier, et bien malgré elle, la rédaction sportive du Soir a donc pris congé de son petit dernier. Un gamin d'à peine 31 ans, plein de fougue et d'enthousiasme. Un jeune homme taillé pour le métier tant il était curieux de tout et jamais rassasié. Un homme aussi. Un homme tout court. Pour qui la loyauté envers ses collègues n'était pas un vain mot. Une qualité rare dans un métier d'individualistes.
Au-delà de la douleur et de l'injustice, il restera aux yeux de ceux qui ont accompagné Thomas dans l'intimité des derniers jours, une formidable leçon de vie. Celle de ses proches. Ses parents Jocelyne et André. Sa compagne Virginie, sa sœur Audrey.
En journalistes chevronnés, et en voyageurs aguerris, ses plus proches compagnons de route Jean Derycke (L'Avenir), Christophe Berti (Le Soir) et moi, pensions qu'il fallait aller au bout du monde pour vivre des moments intenses et dénicher des histoires fortes. Ces moments-là, nous les avons pourtant vécus à deux pas de chez nous, dans l'intimité d'une chambre d'hôpital. Aucun d'entre nous n'avait jamais vu une telle concentration d'amour et de dévouement familial sur quelques mètres carrés. Et Thomas n'y est pas pour rien. C'est dans doute le dernier signe qu'il souhaitait nous laisser. Le plus beau. La plus belle part de lui-même.