Copy
View this email in your browser
Tous à Pairi Daïza avec l’APFJS le 28 mai !
par Didier Solbreux (trésorier) et Michel Salmon (secrétaire)
 
Après les Grottes de Han en 2014, l’APFJS sera de retour à Pairi Daïza ce 28 mai prochain pour son traditionnel « Family Day » ou ex-journée de détente familiale. Un événement car, même si c’est la troisième fois que l’aile francophone de Sportspress.be se rendra à Cambron-Casteau (Brugelette) en une quinzaine d’années, ce parc a encore pris d’autres proportions notamment avec ses célèbres pandas que le pays entier lui envie… Encore une fois, l’APFJS propose à TOUS ses membres (professionnels ou non-professionnels) et à leur famille un tarif préférentiel qui défie toute concurrence.
 
Le programme que nous vous proposons :
  • 10 h – 10 h 30 entrée et parking, accueil personnalisé, café et viennoiseries.
  • 10 h 30 – 12 h visite libre des jardins de Pairi Daïza
  • 12 h – 14 h barbecue dans un espace privatif (apéritif, brochettes, pilons, merguez, lard, saucisses, pommes de terre, buffet de crudités, sauces, pain et mousse au chocolat) + vins, eaux, bière, softs et cafés.
  • 14 h15 – 15 h démonstration de rapaces en vol libre
  • 15 h – 18 h visite libre des jardins jusqu’à la fermeture.
 
Le prix d’accès (exceptionnellement bas vu l’intervention de l’APFJS):
  • Journaliste professionnel : gratuit (uniquement via copie de la carte AJP à envoyer au secrétaire de l’APFJS Michel Salmon msal@lavenir.net ou 35 Trieu d’Avillon 5336 Courrière).
  • Adulte ou enfant + 12 ans : 25€
  • Enfant 3 à 11 ans : 15€
  • Enfant 0 à 2 ans : 5€
      Ce prix comprend tous les accès et les repas.
 
Comment réserver ?
Uniquement par virement bancaire pour le total sur le nouveau compte de l’APFJS BE70 0017 7480 1825 pour LE 25 AVRIL au plus tard.
 
En indiquant en communication : Nom et prénom + n° de membre Sportspress.be (si gratuit, l’indiquer entre parenthèses),  x fois 25 euros, x fois 15 euros, et x fois 5 euros.
 
NB : Seuls les virements complets feront office de réservation ferme et définitive.
Pour les journalistes professionnels, il est impératif de transmettre la copie de la carte AJP au secrétaire APFJS car le parc n’autorisera pas d’autre entrée gratuite ce jour-là.
 
Nous reviendrons prochainement sur cette journée dans un prochain « Flash », mais nous espérons déjà vous y voir nombreux en famille.
 
 
SUR LES TERRAINS
Un système bien rodé
par Dominique Delhalle, vice-président APFJS
 
Commençons par une devinette : combien de demandes d’accréditations à des matches de la « Jupiler League », votre association a-t-elle traité l’an passé ? Ne retournez pas l’écran pour la réponse. La voici : 14.000 ! Successeur de Jos Segaert comme secrétaire général de votre association, Pierre Bilic, homme de lettres, a donc tenu un compte précis. Désormais rodé, le système d’accréditations en ligne satisfait chacune des parties, dont la Ligue professionnelle, consciente de  la nécessité du travail que nous réalisons. Nous sommes aussi garants de la sélection des demandes émanant de l’étranger, toutes compétitions confondues.
 
Un syndic francophone en cyclisme
par Pierre Bilic, secrétaire Sportspress.be
 
Vous savez probablement que Guy Vermeiren accrédite  journalistes et photographes, belges (membres de Sportspress.be) et étrangers (détenteurs d’une carte de presse sportive de leur pays ou d’une carte AIPS)  qui travaillent lors de grandes courses cyclistes dans le nord du pays. Les problèmes qu’il aborde et résoud en Flandre sont considérables, que ce soit à l’arrivée ou durant les courses. Je songe entre autres à la sécurité, à la prévention, à la mise à l’écart de faux photographes qui constituent un fléau, etc.  Par contre, la situation est différente dans le sud du pays. On m’a fait part entre autres de soucis avec des photographes amateurs près des arrivées.  Les courses sont moins nombreuses en Wallonie qu’en Flandre. Je mesure que chaque organisateur (Grand Prix Samijn, Binche-Tournai-Binche, Tour de Wallonie, Grand Prix de Wallonie, Franco-Belge, Cerami, etc.) fait le maximum. Il  serait cependant intéressant qu’un membre de Sportspress.be (et de l’aile francophone APFJS) gère les accréditations presse  en relation étroite avec le service communication de chaque épreuve.
 
EURO 2016: bouclez vos ceintures
par Dominique Delhalle, vice-président APFJS
 
A l’assemblée générale de Sportspress.be, le 19 mars dernier, le comité directeur, le Président David Naert en tête,  s’est légitimement félicité d’un accord obtenu de l’UEFA. Pour l’Euro 2016, la presse écrite bénéficie de cinquante places (et non plus trente), les photographes de vingt accréditations (et non plus dix).
L’UEFA s’est plu à souligner la qualité de notre dossier, la promptitude de nos réponses.
Toujours dans le cadre de l’Euro en France, « Sportspress.be » propose aux confrères un aller-retour en avion privé pour les matches des Diables Rouges à Lyon (face à l’Italie, le 13 juin) et à Nice (face à la Suède, le 22 juin).
Un troisième déplacement est prévu (un huitième de finale ?) avec ce Fokker 50.
Cet aller-retour épargne une nuit d’hôtel et deux longs déplacements en voiture.
 
 
ÇA VA SE SAVOIR
L’assemblée annuelle des journalistes sportifs liégeois
par Marc Gérardy, président APFJS
 
L'Amicale des journalistes sportifs liégeois a tenu son assemblée annuelle à l'Espace des Entrepreneurs à Liège. A l'issue de cette assemblée, les journalistes ont reçu en invités d'honneur à leur repas le nageur liégeois Yoris Grandjean et l'ancien boxeur Albert Syben (un de nos « Plus du Sport »). Ils ont reçu tous deux un panier de produits liégeois (voir photos). Les journalistes sportifs ont mis à l'honneur Yoris Grandjean pour l'ensemble de sa carrière puisqu'il a décidé de raccrocher avant de partir à l'Euro de Berlin en 2014. Il est toujours détenteur des records de Belgique du 50 m nage libre et du 50 m papillon. Formé à Liège Natation sous la houlette d'André Henveaux, il a émigré en France à Antibes puis à Marseille. Il a été champion du monde junior en 2006 sur 50m et 100m nage libre. En 2008, aux JO de Pekin, il est devenu le premier nageur belge à descendre sous les 49 secondes
(48''82) sur 100 m nage libre, un record qui a tenu 4 ans. Il a aussi décroché 2 médailles de bronze en relais 4X50 m libre à l'Euro en petit bassin. Il entraîne désormais les jeunes du club de Waremme. Il joue aussi au handball à Jemeppe.
Les confrères liégeois et leurs invités.
Dans le rouge
par Dominique Delhalle, vice-président APFJS
 
Malgré des fusions ou des associations (« Mediahuis » chez nos amis néerlandophones, « Rossel Sports » dans la Communauté française), le nombre de membres en ordre de cotisation reste stable : douze cents environ pour Sportspress.be. En dépit de la légère augmentation de la cotisation annuelle, les derniers comptes, de 2013 à 2015, sont dans le rouge. Le trésorier national Christian Hubert en a relevé les origines : le centenaire de l’association en 2013 (gala et publication de livres, mais si on ne fête pas un centenaire…), diminution des intérêts de quelques placements, frais liés au système d’accréditation en ligne et aux différentes missions à l’occasion des compétitions à l’étranger. Le patrimoine est encore appréciable, mais des économies de fonctionnement sont annoncées, sans altérer les services rendus aux membres. Dont celui-ci : l’accélération de la procédure de reconnaissance des demandeurs.
 
Sortie d'un livre pour les 125 ans du Pesant Club cycliste liégeois
par Marc Gérardy, président APFJS
 
A l'occasion de ses 125 ans d'existence, le Pesant Club cycliste liégeois, organisateur de la Doyenne Liège-Bastogne-Liège avec ASO, a édité un livre de 150 pages intitulé : "1891-2016 : 125 ans au service du cyclisme". Ce livre a été écrit par un trio : Paul Bolland, Gouverneur honoraire de la Province de Liège et président honoraire du Pesant, Jean-Pierre Ropet, archiviste et notre confrère liégeois, administrateur de l'APFJS, Freddy Kusters, relations presse du Pesant.
 
DECES
La petite reine en deuil, Jean-Pierre Lekeu n’est plus
par Michel Christiane
 
On s’était encore côtoyé le dimanche précédent au Mont Rigi pour du ski de fond. Le surlendemain, il assistait, à Herve, à la projection d’un film consacré à Lance Armstrong. Les pourris restent et les gentils partent car, dans la nuit de jeudi à vendredi, il décédait d’une crise cardiaque foudroyante à près de 70 ans. Qu’il ne faisait d’ailleurs pas. Samedi, les Crêtes de Spa étaient comme orphelines…
Instituteur (adoré par ses élèves) dans la ville d’eaux durant des décennies, Jean-Pierre Lekeu faisait partie du noyau dur de la petite rédaction sportive du Jour-Le Courrier, à Verviers, dès les années 70. Il ne tardait d’ailleurs pas à devenir la référence footballistique en 2C, la série fagnarde. La plus rustique, la plus authentique. Peu après, il allait prendre en charge la rubrique cycliste. Une passion dévorante car il était présent, tous les week-ends, aux courses se disputant aux quatre coins de la province. Mais, au-delà également. Carnet en main et appareil photos en bandoulière. Sourire aux lèvres. Même s’il râlait souvent : « Cette fois, c’est terminé. J’en ai marre ! » Mais, le samedi suivant, il était reparti comme en quarante…
« Japil », comme il signait autrefois, avait quelque chose de lunaire tout en ayant les pieds sur terre. Féru de technologie nouvelle, il avait récemment créé des blogs dédiés, comme de bien entendu, à la « petite reine ». Pour pas un balle et  « sans jamais la moindre faute d’orthographe », aime à rappeler un de ses proches. Infatigable, il était aussi l’attaché de presse d’innombrables organisations. Avec lui aux commandes, on savait que « ça roulerait », selon son expression. Et, comme si ça ne suffisait pas, il a mis sur pied de nombreuses épreuves de VTT. Où tout était réglé comme du papier à musique. Sa disparition a provoqué une incroyable onde de choc. Même au-delà de la frontière linguistique. Malgré l’adage, Jean-Pierre est tout simplement irremplaçable.


Salut à Jacques Limage
par Thierry Sinte
«Estimé confrère et néanmoins ami, salut, respect et fraternité ! » Telle est la formule consacrée que nous utilisions scrupuleusement, comme nous l’avions tenue de nos grands anciens.  C’est ainsi qu’il convient que les journalistes sportifs saluent une dernière fois Jacques Limage décédé, à Namur à l’âge de 78 ans.  Un personnage, le «D’Jack» qui avait pas mal aiguisé son esprit critique sur tous les terrains et «commis» – encore une de ses expressions consacrées – des milliers d’articles dans tous les domaines de l’information générale, de la chronique judiciaire et du sport. Engagé très jeune à la rédaction sportive de Vers l’Avenir, il avait poursuivi son travail professionnel à L’Indépendance, La Meuse, Le Peuple et Le Soir illustré. Passionné de moto, de cyclisme et de boxe, il s’armait toujours de son appareil photographique pour ne rien manquer d’un événement ou d’une simple rencontre entre amis. Il se présentait lui-même comme journaliste photographe.
En questionnement sur les relations israélo-palestiniennes, il était revenu d’un voyage sur place avec la conviction de la grande injustice faite aux Palestiniens et une superbe photo d’une enfant perdue dans les ruines. Cette image prenante et l’article qu’il avait rédigé lui avaient valu à la fois une distinction de la Wolrd Press Photo Foundation et… une interdiction de séjour signifiée par l’État d’Israël. Il s’était engagé dans la profession comme d’autres en mission et fut pendant des années membre de la Commission d’agréation au titre de journaliste professionnel et membre du comité de l’APFJS. «Vieux frère, il ne faisait pas bon vouloir croiser le fer avec tes convictions humanistes ! J’ai l’honneur de te saluer une dernière fois fraternellement».