Copy
   
 
L'ÉVANGILE DU JOUR
« Soyez sans crainte : vous valez plus qu’une multitude de moineaux » (Lc 12, 1-7)

En ce temps-là, comme la foule s’était rassemblée par milliers au point qu’on s’écrasait, Jésus, s’adressant d’abord à ses disciples, se mit à dire : « Méfiez-vous du levain des pharisiens, c’est-à-dire de leur hypocrisie. Tout ce qui est couvert d’un voile sera dévoilé, tout ce qui est caché sera connu. Aussi tout ce que vous aurez dit dans les ténèbres sera entendu en pleine lumière, ce que vous aurez dit à l’oreille dans le fond de la maison sera proclamé sur les toits. Je vous le dis, à vous mes amis : Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et après cela ne peuvent rien faire de plus. Je vais vous montrer qui vous devez craindre : craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir d’envoyer dans la géhenne. Oui, je vous le dis : c’est celui-là que vous devez craindre. Est-ce que l’on ne vend pas cinq moineaux pour deux sous. Or pas un seul n’est oublié au regard de Dieu. À plus forte raison les cheveux de votre tête sont tous comptés. Soyez sans crainte : vous valez plus qu’une multitude de moineaux. » 

1ère lecture et psaume du jour | Le saint du jour

MÉDITER AVEC LES CARMES

L'Évangile d'aujourd'hui rapporte côte à côte quatre paroles de Jésus qui ont leur sens en elles-mêmes et réclament d'être comprises séparément. Retenons simplement la première, sur le levain des Pharisiens.

La foule s'est rassemblée par milliers pour entendre Jésus, au point que les gens s'écrasent. Saint Luc affectionne de souligner ainsi par des chiffres la popularité grandissante de Jésus.

"Gardez-vous du levain des Pharisiens", dit Jésus aux disciples. Le levain, encore employé de nos jours par nos boulangers de campagne, c'était un morceau de vieille pâte qu'on laissait fermenter et qu'on mélangeait ensuite à une pâte neuve pour la faire lever. Qui dit levain, dit fermentation, et en un sens : corruption. Jésus, dans une parabole, prend l'image en bonne part lorsqu'il compare le Règne de Dieu à du levain qu'une femme cache dans trois mesures de farine "jusqu'à ce que tout ait levé". Mais souvent le levain était considéré comme un élément impur. Ainsi, dans l'ancienne religion des Romains, le prêtre de Jupiter (Flamen dialis) n'avait pas le droit de toucher du levain, parce que ce levain venait de la corruption et corrompait à son tour. De même, encore maintenant, dans les familles juives pratiquantes, quand arrive la fête de la Pâque, on élimine de la maison toute trace de levain, afin d'accueillir avec un cœur nouveau la volonté de Dieu, comme au premier jour de l'Exode.

Saint Paul fait allusion à cette tradition lorsqu'il recommande aux Corinthiens : "Purifiez-vous du vieux levain, pour être une pâque nouvelle, puisque [déjà] vous êtes sans levain" (1 Co 5,7). Les chrétiens doivent écarter tout levain, tout ce qui risque de contaminer leur foi et leur vie communautaire, car ils ont déjà été purifiés par l'offrande volontaire du Christ, l'Agneau pascal immolé.

C'est le sens négatif du levain que Jésus retient ici, mais il vise des attitudes bien précises : "Soyez en garde contre le levain des Pharisiens, c'est-à-dire l'hypocrisie". Jamais ailleurs dans son évangile Luc ne parle d'hypocrisie à propos des Pharisiens. Comment se manifeste cette hypocrisie ? Jésus l'a longuement expliqué, sans employer le terme, dans le chapitre précédent de saint Luc, au cours d'un repas pris chez un Pharisien, justement. Le levain des Pharisiens, ce sur quoi ils comptent pour faire lever la pâte et parvenir à leurs fins, c'est cette déformation de la vie de foi qui fait préférer l'extérieur, le visible, l'ostentatoire, à l'authenticité de la recherche de Dieu. C'est également une altération du jugement, par laquelle le croyant transforme toute sa vie en cérémonial et s'attache à des pratiques secondaires, toujours mesurables, aux dépens de l'essentiel, qui est de s'ajuster à Dieu et à son projet d'amour.

Laisser travailler en soi le levain des Pharisiens, c'est rechercher en tout les premières places et les marques d'estime. Souvent, c'est donner le change sur sa véritable vie spirituelle. Dans la vie communautaire, le levain d'hypocrisie recouvre aussi des formes subtiles de calcul et de dissimulation, une distorsion plus ou moins entretenue entre les motifs que l'on invoque et les visées réelles. Cette fermentation est encore à l'œuvre à tous les moments où l'on accepte de diviser pour mieux régner, de fermer les yeux pour n'avoir pas d'histoires, ou de laisser du flou pour n'être pas contesté.

Au moment où nous célébrons dans l'Eucharistie la Pâque de liberté, la victoire définitive de l'Agneau et l'alliance éternelle, ouvrons-nous à l'Esprit de Jésus, qui vient faire de nous des êtres nouveaux. Pour nous conduire à la vérité tout entière, il veut nous donner un cœur vrai, un cœur simple, qui ne soit plus à la fois oui et non, qui ne cherche plus "la gloire qui vient des hommes", et qui ne laisse travailler en lui d'autre ferment de la parole de Dieu.

Offrons-nous à la nouveauté de l'Esprit, jusqu'à ce que, dans notre vie, toute la pâte ait levé.

DANS LES VISIONS DE MARIA VALTORTA
 Date
Mercredi
23 mai 29
 Lieu
Jourdain
 Livre
Tome 6 – ch 421.6
3ème année vie publique

       (…) La foule gronde. Jésus fait un geste pour imposer le silence :
       « N’accueillez pas dans votre cœur ce qui vient d’eux, ni leurs insinuations, ni leurs explications, et pas même l’idée : “ Ils sont méchants et pourtant ils triomphent. ” Ne vous rappelez-vous pas les paroles de la Sagesse : “ Bref est le triomphe des criminels ” et celles des Proverbes : “ Mon fils, ne suis pas l’exemple des pécheurs et n’écoute pas les paroles des impies, car ils sont pris dans les chaînes de leurs propres méfaits et trompés par leur grande sottise ” ? N’accueillez pas en vous ce qui vient de ceux que vous-mêmes, malgré votre imperfection, estimez injustes : vous feriez place au levain qui les corrompt. Or le levain des pharisiens, c’est l’hypocrisie. Qu’elle n’existe jamais chez vous, ni à l’égard des formes du culte rendu à Dieu, ni dans vos relations avec vos frères. Gardez-vous du levain des pharisiens. Pensez qu’il n’est rien de secret qui ne puisse être découvert, rien de caché qui ne finisse par être connu.
       Vous le voyez : ils m’avaient laissé partir, puis ils ont semé la zizanie là où le Seigneur avait semé le bon grain. Ils croyaient avoir agi avec subtilité et être victorieux. Et il aurait suffi que vous ne m’ayez pas trouvé, que j’aie passé le fleuve sans laisser de traces sur l’eau qui reprend son aspect après que la proue l’a fendue, pour que triomphe leur mauvaise action, présentée sous un jour favorable. Mais leur jeu a vite été découvert et leur œuvre malfaisante neutralisée. Cela concerne tous les actes de l’homme.
       Mais il en est Un au moins qui les connaît et sait y parer : Dieu. Ce qui est dit dans l’obscurité finit par être dévoilé par la Lumière, ce que l’on ourdit dans le secret d’une chambre peut être découvert comme si on l’avait tramé sur une place publique. C’est que tout homme peut avoir un délateur. Tout homme est vu par Dieu, qui peut intervenir pour démasquer les coupables.
       (…) Voilà pourquoi il faut toujours agir honnêtement pour vivre dans la paix. Et celui qui se conduit ainsi ne doit pas avoir peur, ni en cette vie, ni en l’autre. Non, mes amis, je vous le dis : que celui qui agit en juste ne craigne rien.
       Qu’il n’ait pas peur de ceux qui tuent, de ceux qui peuvent tuer le corps mais rien de plus. Voici plutôt ce que vous devez craindre : craignez ceux qui, après vous avoir fait mourir, peuvent vous envoyer en enfer, c’est-à-dire les vices, les mauvais compagnons, les faux maîtres, tous ceux qui vous insinuent le péché ou le doute dans le cœur, ceux qui, au-delà du corps, essaient de corrompre votre âme et de vous amener à vous séparer de Dieu et à désespérer de la miséricorde divine. C’est cela que vous devez redouter, je vous le répète, car alors vous serez morts pour l’éternité.
       Mais pour le reste, pour votre existence, ne craignez rien. Votre Père ne perd pas de vue un seul de ces petits oiseaux qui font leurs nids dans le feuillage des arbres, et aucun d’eux ne tombe dans le filet sans que son Créateur le sache. Pourtant, leur valeur matérielle est bien petite : cinq passereaux valent deux as. Quant à leur valeur spirituelle, elle est nulle. Malgré cela, Dieu s’en occupe. Comment donc ne prendrait-il pas soin de vous, de votre vie, de votre bien ? Le Père connaît même le nombre des cheveux de votre tête, et aucune injustice commise envers ses enfants ne passe inaperçue : vous êtes en effet ses enfants, et vous avez bien plus de valeur que les passereaux qui font leurs nids sur les toits et dans les feuillages. (…)

Lire le récit en entier

Cher(e) <<Prénom>>, Marie de Nazareth a besoin de vous !

Marie de Nazareth est un des acteurs numériques d’évangélisation catholique les plus actifs en langue française.

Ni la publicité, ni les abonnements ne sont un mal en soi ; mais ce que nous avons reçu gratuitement nous souhaitons le partager gratuitement et largement ! Pour financer Marie de Nazareth, nous voulons avoir recours à vous autrement.

Marie de Nazareth est un outil d’évangélisation particulier. Il dévoile la foi au compte goutte. Marie de Nazareth offre gratuitement plusieurs services que chacun peut utiliser, quelque soit son avancement dans la découverte de la foi. 

Depuis 15 ans, nous avons beaucoup travaillé pour que notre organisation soit efficace et économe. C’est un combat de chaque instant.

Si chaque personne lisant ce message donnait 5 €, notre besoin de financement serait couvert en une heure !

Merci d’envisager de faire un don de 10€, 20€, 50€, 100€, 300€ ou de tout autre montant à votre portée !

Que la Vierge Marie vous bénisse, vous et tous ceux que vous aimez.

Je fais un don

Jérôme Stevenson
Vice-président Marie de Nazareth

P.S. Notre système de paiement par Carte Bancaire est toujours très sûr et très rapide. Pour faire un paiement par chèque cliquez ici

Faire un don n’a jamais été aussi simple !

Je choisis les emails que je reçois et je gère leur réception

Exprimez-vous sur l'Évangile du jour via nos réseaux sociaux :
. Cliquez ici POUR VOUS DESINSCRIRE DE CET ENVOI et ne plus recevoir "JESUS AUJOURD4HUI"
Copyright © 2018, All rights reserved.
Association Marie de Nazareth 226 rue Lecourbe Paris 75015 France
Texte des évangiles © AELF, Paris
Ecrits de Maria Valtorta © Centro Editoriale Valtortiano srl
Méditations des carmes © Editions du Carmel
Images © Hozana

Choisir les emails que je reçois, cliquez ici
   
Abonnez-vous