Copy
   
 
L'ÉVANGILE DU JOUR
« Celui qui me rejette rejette celui qui m’a envoyé » (Lc 10, 13-16)

En ce temps-là, Jésus disait : « Malheureuse es-tu, Corazine ! Malheureuse es-tu, Bethsaïde ! Car, si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et à Sidon, il y a longtemps que leurs habitants auraient fait pénitence, avec le sac et la cendre. D’ailleurs, Tyr et Sidon seront mieux traitées que vous lors du Jugement. Et toi, Capharnaüm, seras-tu élevée jusqu’au ciel ? Non, jusqu’au séjour des morts tu descendras ! Celui qui vous écoute m’écoute ; celui qui vous rejette me rejette ; et celui qui me rejette rejette celui qui m’a envoyé. » 

1ère lecture et psaume du jour | Le saint du jour

MÉDITER AVEC LES CARMES

Chorazin, Beitsaïda, Capharnaüm : trois villes privilégiées par Jésus qui ont vu ses miracles sans se convertir, qui ont profité de sa bonté sans ouvrir leur cœur, et qui n'ont pas su "reconnaître le temps de sa visite" (Lc 19,44).

À maintes reprises, dans les Évangiles, Jésus revient sur cette idée, et parle d'occasion manquée, d'inertie devant la grâce ou d'aveuglement consenti. Ces différentes formes du refus suscitaient en lui une sorte d'étonnement douloureux. Fils de Dieu envoyé dans le monde, il percevait, dans le mystère de sa personne, quelle offre inouïe Dieu faisait aux hommes, quel amour Dieu leur manifestait, et quelle lumière s'était levée dans leurs ténèbres. Mais les fils de la promesse se détournaient de Celui qui venait l'accomplir. Quel contraste avec la foi toute droite de l'officier romain, avec la gratitude du lépreux samaritain, avec l'audace de la Cananéenne !

Le malheur des trois villes insouciantes et orgueilleuses, c'est aussi, à certaines heures, le malheur de nos communautés, si souvent interpellées par la parole de Jésus, si souvent visitées par sa grâce, et qui ont tant de mal à rester en état de conversion.

Mais à quoi servirait-il de s'appesantir sur les lourdeurs ou l'impuissance de nos communautés ? Nous-mêmes, personnellement, nous prenons conscience que nous laissons parfois sans écho la parole de Jésus et que nous le faisons attendre quand il nous apporte, gratuitement, sa liberté de Fils.

Là est la différence entre nous et les saints. Eux ont couru, comme Zachée, vers l'endroit où Jésus passait. Eux ont présenté à Jésus leur main desséchée. Eux sont restés, paisibles, sur un chemin d'humilité ; et ils ont saisi comme autant de faveurs de Dieu les occasions de s'oublier et de servir gratuitement.

Ils ont compris d'où viendrait le bonheur, et spontanément ils ont tout vendu ; ils ont tout livré de leurs richesses et de leur sécurité pour acheter la perle.

DANS LES VISIONS DE MARIA VALTORTA
 Date
Lundi
24 juillet 28
 Lieu
Capharnaüm
 Livre
Tome 4 - ch 266.13
2ème année vie publique

       (…) En vérité, je vous le dis, seuls les tout-petits savent recon­naître la vérité parce qu’il n’est pas de malice en eux.
       – Tu as bien parlé, Maître » dit le chef de la synagogue. « Voilà pourquoi ma fille, encore sans malice, te voit tel que nous n’arrivons pas à te voir. Et pourtant, cette ville et les villes voisines voient déborder sur elles ta puissance, ta sagesse et ta bonté et, je dois le reconnaître, elles ne progressent qu’en méchanceté à ton égard. Elles ne se repentent pas et le bien que tu leur fais y fermente en haine contre toi.
       – Qu’est-ce que tu dis, Jaïre ? Tu nous calomnies ! Nous sommes ici parce que nous sommes fidèles au Christ, dit un habitant de Bethsaïde.
       – Oui, nous ! Mais combien sommes-nous ? Moins de cent sur trois villes qui devraient être aux pieds de Jésus. Parmi ceux qui manquent – et je parle des hommes –, la moitié est hostile, un quart indifférent, quant à l’autre, je préfère penser qu’il ne peut pas venir. N’est-ce pas une faute aux yeux de Dieu ? Et est-ce qu’il ne punira pas toute cette hargne et cet entêtement dans le mal ? Parle, toi, Maître, qui sais ! Si tu te tais, c’est par bonté, mais pas parce que tu l’ignores. Tu es généreux, et on le prend pour de l’ignorance et de la faiblesse. Parle donc, et que ta parole puisse secouer au moins les indifférents, puisque les méchants ne se convertissent pas mais deviennent toujours plus méchants.
       – Oui, c’est une faute et elle sera punie. Car le don de Dieu ne doit jamais être méprisé ni servir à faire du mal. Malheur à toi, Chorazeïn, malheur à toi, Bethsaïde, vous qui faites un mauvais usage des dons de Dieu ! Si les miracles qui ont eu lieu chez vous avaient eu lieu à Tyr et à Sidon, il y aurait déjà longtemps que leurs habitants, vêtus de cilice et couverts de cendre, auraient fait pénitence et seraient venus à moi. C’est pourquoi je vous assure qu’il sera fait preuve d’une plus grande clémence pour Tyr et Sidon que pour vous au jour du Jugement. Et toi, Capharnaüm, crois-tu que tu seras élevée jusqu’au Ciel uniquement pour m’avoir accordé l’hospitalité ? Tu descendras jusqu’en enfer ! Car si les miracles qui ont eu lieu chez toi avaient eu lieu à Sodome, elle serait encore florissante, parce qu’elle aurait cru en moi et se serait convertie. On montrera donc plus de clémence pour Sodome au jour du jugement dernier – comme elle n’a pas connu le Sauveur et sa Parole, sa faute est moins grande – que pour toi qui as connu le Messie et entendu sa parole, mais ne t’es pas convertie. Cependant, puisque Dieu est juste, il sera fait preuve d’une grande miséricorde pour les habitants de Capharnaüm, de Bethsaïde et de Chorazeïn qui ont cru et se sanctifient en obéissant à ma parole. Car il n’est pas juste que les justes soient mêlés à la ruine des pécheurs. (…)

Lire le récit en entier

Cher(e) <<Prénom>>, Marie de Nazareth a besoin de vous !

Marie de Nazareth est un des acteurs numériques d’évangélisation catholique les plus actifs en langue française.

Ni la publicité, ni les abonnements ne sont un mal en soi ; mais ce que nous avons reçu gratuitement nous souhaitons le partager gratuitement et largement ! Pour financer Marie de Nazareth, nous voulons avoir recours à vous autrement.

Marie de Nazareth est un outil d’évangélisation particulier. Il dévoile la foi au compte goutte. Marie de Nazareth offre gratuitement plusieurs services que chacun peut utiliser, quelque soit son avancement dans la découverte de la foi. 

Depuis 15 ans, nous avons beaucoup travaillé pour que notre organisation soit efficace et économe. C’est un combat de chaque instant.

Si chaque personne lisant ce message donnait 5 €, notre besoin de financement serait couvert en une heure !

Merci d’envisager de faire un don de 10€, 20€, 50€, 100€, 300€ ou de tout autre montant à votre portée !

Que la Vierge Marie vous bénisse, vous et tous ceux que vous aimez.

Je fais un don

Jérôme Stevenson
Vice-président Marie de Nazareth

P.S. Notre système de paiement par Carte Bancaire est toujours très sûr et très rapide. Pour faire un paiement par chèque cliquez ici

Faire un don n’a jamais été aussi simple !


Exprimez-vous sur l'Évangile du jour via nos réseaux sociaux :

Copyright © 2018, All rights reserved.
Association Marie de Nazareth 226 rue Lecourbe Paris 75015 France
Texte des évangiles © AELF, Paris
Ecrits de Maria Valtorta © Centro Editoriale Valtortiano srl
Méditations des carmes © Editions du Carmel
Images © Hozana

Choisir les emails que je reçois, cliquez ici
   
Abonnez-vous