Copy
   
 
L'ÉVANGILE DU JOUR
« L’homme ne vit pas seulement de pain » (Lc 4, 1-13)

En ce temps-là, après son baptême, Jésus, rempli d’Esprit Saint, quitta les bords du Jourdain ; dans l’Esprit, il fut conduit à travers le désert où, pendant quarante jours, il fut tenté par le diable. Il ne mangea rien durant ces jours-là, et, quand ce temps fut écoulé, il eut faim. Le diable lui dit alors : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne à cette pierre de devenir du pain. » Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain . » Alors le diable l’emmena plus haut et lui montra en un instant tous les royaumes de la terre. Il lui dit : « Je te donnerai tout ce pouvoir et la gloire de ces royaumes, car cela m’a été remis et je le donne à qui je veux. Toi donc, si tu te prosternes devant moi, tu auras tout cela. » Jésus lui répondit : « Il est écrit : C’est devant le Seigneur ton Dieu que tu te prosterneras, à lui seul tu rendras un culte. » Puis le diable le conduisit à Jérusalem, il le plaça au sommet du Temple et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, d’ici jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi, à ses anges, l’ordre de te garder ; et encore : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. » Jésus lui fit cette réponse : « Il est dit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. » Ayant ainsi épuisé toutes les formes de tentations, le diable s’éloigna de Jésus jusqu’au moment fixé. 

1ère lecture et psaume du jour | Le saint du jour

MÉDITER AVEC LES CARMES

Les tentations de Jésus diffèrent des nôtres sur un point essentiel : lorsque nous sommes tentés, nous pauvres pécheurs, le péché trouve toujours en nous une secrète connivence, parce que notre liberté est blessée.

Pour Jésus, bien des projets, bien des choix, bien des solutions pouvaient se présenter à son intelligence ou traverser son imagination ; mais sa liberté d'homme était à ce point en harmonie avec le vouloir du Père qu'une révolte ou un refus étaient proprement impensables. En tout il s'est voulu semblable à nous ; en tout sauf le péché. C'est l'une des facettes de son mystère, du mystère de sa personne de Fils de Dieu, vrai Dieu et vrai homme.

Dès le début de son ministère Jésus se trouve confronté avec les forces du mal. Dès le début il a été victorieux ; il sera vainqueur également lors de l'assaut final, son agonie et sa passion.

L'Évangile fait le lien entre ces deux extrémités. Nous lisons en effet, après la troisième tentation : "Ayant épuisé toute tentation possible, le tentateur s'éloigna de lui jusqu'au moment fixé", ce moment auquel Jésus fera allusion lorsqu'on viendra l'arrêter au jardin des Oliviers : "C'est maintenant votre heure ; c'est le pouvoir des ténèbres" (Lc 22,53).

Entre les tentations au désert et la tentation de Gethsémani, Jésus n'a cessé de combattre les forces du mal et de les vaincre par ses guérisons et ses exorcismes ; et les trois tentations du désert renvoient à trois types d'action et d'influence que Jésus a refusés toute sa vie :

"Ordonne à ces pierres de devenir des pains !"... ce serait le messianisme de l'abondance.
"Tu auras la gloire de tous les royaumes !"... ce serait un messianisme de puissance.
"Jette-toi en bas, les Anges te sauveront !"... ce serait un messianisme de prestige.

Or, dans le projet de Dieu, la seule puissance de Jésus doit être le rayonnement de la vérité.

Ce récit des tentations était d'autant plus parlant à la première génération chrétienne qu'il évoquait les trois tentations d'Israël durant la marche au désert : Les pierres à changer en pains évoquaient l'épisode de la manne (Ex 16) ; l'adoration réclamée par le tentateur renvoyait à l'apostasie du veau d'or (Ex 32) ; et la tentation de forcer la main à Dieu pour un miracle rappelait la révolte du peuple à l'oasis de Massa (Ex 17).

Les trois tentations que Jésus a écartées personnellement, en tant que Messie envoyé de Dieu, Israël les avait connues, collectivement, en tant que peuple témoin de Dieu.

Et nous les retrouvons dans notre propre vie de baptisés, ces trois séductions de l'abondance, du pouvoir et du chantage à l'amour de Dieu.

Nous aimerions que notre foi nous assure la sécurité, que notre place de témoins du Christ dans le monde serve notre volonté de puissance, que Dieu nous "rattrape au vol" et soit une assurance sur la vie lorsque nous jouons avec le danger moral ou lorsque nous faisons sur l'avenir des paris un peu fous.

L'exemple de Jésus nous fait tourner le dos à ces tentations. Parce que nous sommes baptisés, parce que l'Esprit Saint nous donne part à l'œuvre messianique de Jésus, nous renonçons à miser sur l'aisance, sur la puissance, sur le sensationnel, et pour entrer dans la victoire de Jésus, nous imitons sa liberté.

C'est tout le sens de notre Carême : vivre à fond, et pas seulement de pain ; adorer Dieu seul, en lâchant devant lui tout reste de puissance ; aimer Dieu avec suffisamment de gratuité pour cesser de le mettre à notre service.

Alors notre nourriture de chaque jour, nécessaire et agréable, sera d'accomplir sa volonté.

DANS LES VISIONS DE MARIA VALTORTA
 Date
Vendredi
5 mars 27
 Lieu
Machéronte
 Livre
Tome 1 – ch 46.4
1ère année vie publique

       (…) Il s’approche de Jésus :
       « Tu es seul ? »
       Jésus le regarde sans répondre.
       « Comment es-tu arrivé ici ? Tu t’es perdu ? »
       Jésus le regarde de nouveau et se tait.
       « Si j’avais de l’eau dans ma gourde, je t’en donnerais. Mais je n’en ai pas moi-même. Mon cheval est mort et je me dirige à pied vers le gué. Là je boirai et je trouverai quelqu’un qui me donne un pain. Je connais la route. Viens avec moi, je te conduirai. »
       Jésus ne lève même pas les yeux.
       « Tu ne réponds pas ? Sais-tu que si tu restes ici tu vas mourir ? Déjà le vent se lève. Il va y avoir la tempête. Viens. »
       Jésus serre les mains en une prière muette.
       « Ah ! C’est donc bien toi ? Depuis le temps que je te cherche ! Et maintenant, cela fait si longtemps que je t’observe. Depuis le moment où tu as été baptisé. Tu appelles l’Eternel ? Il est bien loin ! Maintenant tu es sur terre et au milieu des hommes. Or chez les hommes, c’est moi qui suis roi. Pourtant, tu me fais pitié et je veux t’aider parce que tu es bon et que tu es venu te sacrifier pour rien. Les hommes te haïront à cause de ta bonté. Ils ne comprennent qu’or, mangeaille et jouissance. Sacrifice, souffrance, obéissance sont pour eux des paroles mortes, plus mortes que cette terre-ci et ses alentours. Ils sont plus arides encore que cette poussière. Il n’est que le serpent pour se cacher ici en attendant de mordre et aussi le chacal pour te mettre en pièces. Allons, viens. Ils ne méritent pas que l’on souffre pour eux. Je les connais mieux que toi. »
       Satan s’est assis en face de Jésus. Il le fouille de son regard terrible et sourit de sa bouche de serpent. Jésus se tait toujours et prie mentalement.
       « Tu te défies de moi. Tu as tort. Je suis la sagesse de la terre. Je puis te servir de maître pour t’aider à triompher. Vois : l’important, c’est de triompher. Puis, une fois qu’on s’est imposé au monde et qu’on l’a séduit, on le mène où l’on veut. Mais il faut d’abord être comme cela leur plaît, comme eux, les séduire en leur faisant croire que nous les admirons et que nous suivons leurs pensées (…)

Lire le récit en entier

Un appel de l'Equipe de Marie de Nazareth

Marie de Nazareth est un des acteurs numériques d’évangélisation catholique les plus actifs en langue française (Chaque mois 2 millions d’emails envoyés, 12 000 intentions de prières collectées et priées, 250 000 fans Facebook, etc.).

Nous sommes très fiers d’être une association à but non lucratif et de dépendre exclusivement de VOUS pour notre financement. Marie de Nazareth offre tous ses services gratuitement. Ni la publicité, ni les abonnements ne sont un mal en soi. Mais ce que nous avons reçu gratuitement nous tenons à le partager gratuitement et largement !

Marie de Nazareth est un outil d’évangélisation différent. Il dévoile la foi pas à 
pas. Il incite progressivement à la prière. Il s’appuie sur la Vierge Marie, l’étoile de l’Évangélisation. 

Depuis 16 ans, nous avons beaucoup travaillé pour que notre organisation soit efficace et économe. C’est un combat de chaque instant. 

Merci d’envisager de faire un don de 10€, 20€, 50€, 100 € ou de tout autre montant à votre portée ; en 2019 vous pourrez continuer à enrichir à votre rythme votre vie spirituelle !

Bonne année 2019, et que la Vierge Marie vous bénisse, vous et tous ceux que vous aimez !

Je fais un don

Jérôme Stevenson
Vice-président Marie de Nazareth

P.S. Notre système de paiement par Carte Bancaire est toujours très sûr et très rapide. Pour faire un paiement par chèque cliquez ici

Faire un don n’a jamais été aussi simple !

Je choisis les emails que je reçois et je gère leur réception

Exprimez-vous sur l'Évangile du jour via nos réseaux sociaux :

Copyright © 2019, All rights reserved.
Association Marie de Nazareth 226 rue Lecourbe Paris 75015 France
Texte des évangiles © AELF, Paris
Ecrits de Maria Valtorta © Centro Editoriale Valtortiano srl
Méditations des carmes © Editions du Carmel
Images © Hozana

Choisir les emails que je reçois, cliquez ici
   
Abonnez-vous