Copy
   
 
L'ÉVANGILE DU JOUR
« Il se fit un grand calme » (Mt 8, 23-27)

En ce temps-là, comme Jésus montait dans la barque, ses disciples le suivirent. Et voici que la mer devint tellement agitée que la barque était recouverte par les vagues. Mais lui dormait. Les disciples s’approchèrent et le réveillèrent en disant : « Seigneur, sauve-nous ! Nous sommes perdus. » Mais il leur dit : « Pourquoi êtes- vous si craintifs, hommes de peu de foi ? » Alors, Jésus, debout, menaça les vents et la mer, et il se fit un grand calme. Les gens furent saisis d’étonnement et disaient : « Quel est donc celui-ci, pour que même les vents et la mer lui obéissent ? » 

1ère lecture et psaume du jour | Le saint du jour

MÉDITER AVEC LES CARMES

C'est dans la tempête qu'on reconnaît les marins ; c'est dans l'épreuve que se fortifie la foi des baptisés.

Où que se lève l'ouragan, dans l'Eglise, dans notre famille ou notre communauté ou dans notre propre vie, une même question nous est posée par le Christ : "Crois-tu que je sois capable de commander aux vents et à la mer ?"

Des tempêtes, certes l'Eglise en essuie de rudes, depuis quelques années : depuis quelques siècles, depuis toujours, et pourtant elle nous défend de céder à la peur.

L'Église de Jésus n'a pas le temps d'avoir peur, car la charité du Christ la presse, et le seul danger pour elle serait de n'être plus le sel de la terre, la lumière du monde, la ville de la montagne qui reçoit la première la lumière du soleil levant et vers qui tous les voyageurs "hâtent leur marche".

L'Église ne connaît pas la peur, parce que la peur ne construit rien, et qu'à force de dénoncer les périls on en viendrait à ne plus rien oser pour la gloire de Dieu et le salut du monde.

Or l'Église, qui doit construire ici-bas, avec des millions de pierres vivantes, le seul temple spirituel digne de Dieu, ne se laissera jamais dépouiller de son assurance et de sa hardiesse (la παρρησία de St Paul),

parce que la puissance du Père est à l'œuvre en elle : "Non, il ne dort ni ne sommeille, le Gardien d'Israël",

parce que le Fils de Dieu son Epoux lui a promis qu'Il serait avec elle tous les jours jusqu'à la fin des temps et que jamais les forces du mal ne la feraient chavirer dans sa foi et son espérance,

parce que l'Esprit Saint l'habite, qui renouvelle chaque jour sa jeunesse : et la mène avec force et douceur, jusqu'à la vérité tout entière, selon la promesse de Jésus.

Des tempêtes s'élèvent aussi parfois dans cette Eglise en petit qu'est notre foyer, notre paroisse ou notre communauté.

Tempêtes silencieuses, contrecoup des conflits d'idées qui agitent le monde, malaise collectif, lorsqu'on sent trembler le sol de la saine tradition, désaccords sur les options à prendre, ou rupture du contrat fraternel ; réactions passionnelles des personnes et des groupes qui sentent leur sécurité menacée, leurs habitudes contestées, leurs certitudes mises en question.

Comment nous étonner de cela, alors qu'un monde neuf naît tous les jours sous nos yeux, alors que la tension entre le passé et l'avenir travaille douloureusement l'Église de Jésus, la forçant à créer pour rester fidèle au Créateur ?

Notre premier réflexe nous fait crier : "Seigneur, au secours, nous périssons !", comme si nous risquions quelque chose quand le Christ est là, comme si sa vérité n'était pas assez éclatante pour tout illuminer !

Mais Jésus ne veut pas de peur dans sa barque : il nous demande au contraire de continuer à manœuvrer bien ensemble, et d'affronter les vagues bien en face, l'une après l'autre ; car l'amour parfait bannit la peur, et le monde que l'Esprit Saint est en train de renouveler exige, des apôtres et de tous les témoins de l'Évangile, qu'ils soient forts dans la foi, adultes dans l'espérance, et que, pour cela, ils se réconcilient avec l'insécurité.

Tempêtes, enfin, dans notre vie personnelle, au cours de cette longue traversée qui mène du péché à Dieu, et où nous revivons le mystère pascal de Jésus.

Tempêtes habituelles, auxquelles nous sommes aguerris ; tempêtes inattendues, qui dévoilent brutalement nos limites et notre fragilité, qui viennent détruire sans ménagements nos illusions spirituelles et l'image complaisante que nous nous faisons de notre fidélité.

Nous les connaissons, ces orages, ces coups de chien de la vie quotidienne, qui nous jettent, désemparés, au fond de la barque, ayant perdu tout espoir humain de rejoindre le port.

C'est alors que monte de notre cœur une vraie prière de pauvre : " Des profondeurs de ma misère je crie vers toi, Seigneur ... Mon sacrifice à moi, c'est un esprit brisé : d'un cœur broyé, Seigneur, tu n'as pas de mépris !"

Et la voix du Christ nous parvient, là, dans notre détresse : "Pourquoi as-tu peur, homme de peu de foi ? Je te laisse ma paix, je te donne ma paix".

Mais n'allons pas confondre cette paix de Jésus avec notre tranquillité car Jésus ne donne pas sa paix comme le monde la donne. La paix selon le monde est souvent une paix de compromis, une paix toute faite, une paix paresseuse. Celle de Jésus est une paix exigeante, une paix à faire et à bâtir, en nous autour de nous. Elle est un engagement dans l'histoire du salut, avec la force de Dieu.

Si nous disons oui à cette paix active, si nous devenons, là où nous sommes, des artisans de paix, alors, avec le Christ nous commanderons aux vents et à la mer, et il se fera un grand calme.

DANS LES VISIONS DE MARIA VALTORTA
 Date
Mardi
14 mars 28
 Lieu
Lac de Tibériade
 Livre
Tome 3 – ch 185.5
2ème année vie publique

Enseignement de Jésus

        (...) « Je ne te commente pas l’évangile dans le sens où tous le commentent. Je vais t’éclairer ce qui précède le passage de l’évangile.
        Pourquoi est-ce que je dormais ? Est-ce que par hasard je ne savais pas que la bourrasque allait arriver ? Si, je le savais. J’étais seul à le savoir. Dans ce cas, pourquoi est-ce que je dormais ?
        Les apôtres étaient des hommes, Maria. Animés de bonne volonté, mais encore tellement “ hommes ” ! L’homme se croit toujours capable de tout. Quand, ensuite, il est réellement capable de quoi que ce soit, il est plein de suffisance et d’attachement à son “ savoir faire ”.
        Pierre, André, Jacques et Jean étaient de bons pêcheurs, par conséquent ils se croyaient insurpassables dans la manœuvre des bateaux. Quant à moi, j’étais pour eux un grand “ rabbi ”, mais une nullité comme marin. C’est pourquoi ils me jugeaient incapable de les aider et, quand ils montaient dans la barque pour traverser la mer de Galilée, ils me priaient de rester assis parce que je ne pouvais rien faire d’autre. Leur affection y était aussi pour quelque chose, car ils ne voulaient pas m’imposer des fatigues matérielles. Mais l’attachement à leur “ savoir faire ” dépassait encore leur affection.
        Je ne m’impose que dans des cas exceptionnels, Maria. Généralement, je vous laisse libres et j’attends. Ce jour-là, j’étais fatigué et on me priait de me reposer, c’est-à-dire de les laisser faire, eux qui étaient si capables. Je me suis donc endormi. Dans mon sommeil, se mêlait aussi cette constatation que l’homme est “ homme ” et qu’il veut agir par lui-même sans se rendre compte que Dieu ne demande qu’à l’aider. En ces “ sourds spirituels ”, en ces “ aveugles spirituels ”, je voyais tous les sourds et aveugles spirituels qui, des siècles durant, iraient à leur ruine pour avoir voulu “ agir par eux-mêmes ”, alors que je suis penché sur leurs besoins en attendant qu’ils m’appellent à l’aide.
        Quand Pierre a crié : “ Sauve-nous ! ”, mon amertume est tombée comme un caillou qu’on lâche. Je ne suis pas “ homme ”, je suis l’Homme-Dieu. Je n’agis pas comme vous agissez. Vous, quand quelqu’un a repoussé votre conseil ou votre aide, et que vous le voyez dans l’embarras, même si vous n’êtes pas méchants au point de vous en réjouir, vous l’êtes assez pour rester, dédaigneux, indifférents, à le regarder sans vous émouvoir de son appel à l’aide. Par votre attitude, vous lui faites comprendre : “ Lorsque j’ai voulu t’aider, tu n’as pas voulu ? Maintenant, débrouille-toi. ” Mais moi, je suis Jésus. Je suis le Sauveur. Et je sauve, Maria. Je sauve toujours, dès qu’on m’appelle.
        Les pauvres hommes pourraient objecter : “ Alors pourquoi permets-tu aux tempêtes isolées ou généralisées de se former ? ”
        Si, par ma puissance, je détruisais le mal, quel qu’il soit, vous arriveriez à vous prendre pour les auteurs du bien qui, en réalité, est un don de ma part, et vous ne vous souviendriez plus jamais de moi. Plus jamais.
        Vous avez besoin, mes pauvres enfants, de la souffrance pour vous rappeler que vous avez un Père, comme le fils prodigue qui se rappela qu’il avait un père quand il eut faim. Les malheurs servent à vous persuader de votre néant, de votre déraison, cause de tant d’erreurs, de votre méchanceté, cause de tant de deuils et de douleurs, et de vos fautes, cause de punitions que vous vous infligez à vous-mêmes, tout comme de mon existence, de ma puissance, de ma bonté.
        Voilà le message de l’évangile d’aujourd’hui. “ Votre ” évangile de l’heure présente, mes pauvres enfants. Appelez-moi. Jésus ne dort que parce qu’il est angoissé de vous voir sans amour pour lui. Appelez-moi et je viendrai. »

Lire le récit en entier
L'association Marie de Nazareth vous offre de choisir les emails que vous recevez, de les interrompre provisoirement (voyages, vacances, etc.) et de changer facilement votre adresse email. Cliquez sur le bouton "Mes préférences" ci-dessous ; il vous guidera vers votre page personnelle.   

Déposez une intention de prière, en faveur d’un de vos proches, en faveur de l’Église ou en faveur de ceux qui souffrent dans le monde.
Vous recevrez un email vous informant qu’un priant du Chapelet pour le monde intercédera pour vous auprès de la Sainte Vierge, Mère de Dieu et Mère de l’Église.

Je dépose une intention de prière

Un appel de l’équipe de Marie de Nazareth

Marie de Nazareth est un des acteurs numériques d’évangélisation catholique les plus actifs en langue française (Chaque mois 2 millions d’emails envoyés, 12 000 intentions de prières collectées et priées, 250 000 fans Facebook, etc.).

Nous sommes très fiers d’être une association à but non lucratif et de dépendre exclusivement de VOUS pour notre financement. Marie de Nazareth offre tous ses services gratuitement. Ni la publicité, ni les abonnements ne sont un mal en soi. Mais ce que nous avons reçu gratuitement nous tenons à le partager gratuitement et largement !

Marie de Nazareth est un outil d’évangélisation différent. Il dévoile la foi pas à 
pas. Il incite progressivement à la prière. Il s’appuie sur la Vierge Marie, l’étoile de l’Évangélisation. 

Depuis 16 ans, nous avons beaucoup travaillé pour que notre organisation soit efficace et économe. C’est un combat de chaque instant. 

Merci d’envisager de faire un don de 10€, 20€, 50€, 100 € ou de tout autre montant à votre portée. Grâce à vous, de nombreuses personnes pourront, comme vous, continuer à enrichir à leur rythme leur vie spirituelle !

Que la Vierge Marie vous bénisse, vous et tous ceux que vous aimez !

Je fais un don

Jérôme Stevenson
Vice-président Marie de Nazareth

P.S. Notre système de paiement par Carte Bancaire est toujours très sûr et très rapide. Pour faire un paiement par chèque cliquez ici

Faire un don n’a jamais été aussi simple !

 
Pour résilier mon abonnement, cliquez ici
   
Abonnez-vous