Copy
   
 
L'ÉVANGILE DU JOUR
« Vous ne comprenez pas encore ? » (Mc 8, 14-21)

En ce temps-là, les disciples avaient oublié d’emporter des pains ; ils n’avaient qu’un seul pain avec eux dans la barque. Or Jésus leur faisait cette recommandation : « Attention ! Prenez garde au levain des pharisiens et au levain d’Hérode ! » Mais ils discutaient entre eux sur ce manque de pains. Jésus s’en rend compte et leur dit : « Pourquoi discutez-vous sur ce manque de pains ? Vous ne saisissez pas ? Vous ne comprenez pas encore ? Vous avez le cœur endurci ? Vous avez des yeux et vous ne voyez pas, vous avez des oreilles et vous n’entendez pas ! Vous ne vous rappelez pas ? Quand j’ai rompu les cinq pains pour cinq mille personnes, combien avez-vous ramassé de paniers pleins de morceaux ? » Ils lui répondirent : « Douze. – Et quand j’en ai rompu sept pour quatre mille, combien avez-vous rempli de corbeilles en ramassant les morceaux ? » Ils lui répondirent : « Sept. » Il leur disait : « Vous ne comprenez pas encore ? » 

1ère lecture et psaume du jour | Le saint du jour

MÉDITER AVEC LES CARMES

L'économe avait eu une distraction, si bien que les disciples se retrouvaient dans la barque avec un seul pain pour treize hommes.

Jésus, tout remué encore de sa discussion avec les Pharisiens et de leur manque de confiance qui l'a contraint à rembarquer, veut tirer pour les disciples les leçons de l'événement : " Attention, prenez garde au levain des Pharisiens et à celui d'Hérode !"

Le ferment avec lequel les Pharisiens travaillent les foules, c'est le pouvoir qu'il s'arrogent sur les consciences. S'appuyant sur une tradition orale qu'ils disent remonter à Moïse, ils multiplient les préceptes et les défenses, revendiquant pour leur mouvement une sorte d'infaillibilité collective ; et ils étendent progressivement leur champ d'influence en culpabilisant les croyants de bonne volonté. Pour eux, le message libérant et personnalisant de Jésus constitue une nouveauté dangereuse, et Jésus, à plusieurs reprises, vient de se heurter à leur refus systématique.

Quant au ferment d'Hérode et des Hérodiens, c'est une autre sorte de pouvoir et de séduction. Avec Hérode, l'essentiel est de garder en mains les leviers de la politique et de l'économie, sans scrupule sur les moyens employés, et sans égards pour les autres dimensions de l'homme.

"Méfiez-vous", dit Jésus. Il y avait donc là matière à réflexion, à dialogue, à discernement, et le moment est bien choisi : une grande heure de traversée avec Jésus dans la barque. En fait la parole de Jésus, qui se voulait stimulante, retombe tout de suite ; elle glisse sur la carapace de l'ordinaire, et une seule chose semble préoccuper les disciples : "Tout à l'heure, nous n'aurons pas de pain."

Jésus laisse faire un moment, puis il décide de ramener les disciples devant les véritables enjeux : "Pourquoi discutez-vous parce que vous n'avez pas de pain ? Vous ne saisissez pas encore ? Vous ne comprenez pas ?".

Et les questions de Jésus, reprises aux prophètes d'Israël, nous atteignent tous aujourd'hui. : "Vous avez des yeux, ne voyez-vous pas ? ne discernez-vous pas ? Vous avez des oreilles, ne percevez-vous pas ?"

Entendre Jésus aujourd'hui, c'est d'abord accueillir son avertissement : "Méfiez-vous des fermentations !"             

Ne vous servez pas de l'Évangile comme d'un pouvoir sur les autres.

Ne laissez pas les personnes et les groupes se culpabiliser réciproquement au risque d'éteindre toute espérance et de saper tout élan spirituel.

Ne ramenez pas tout, comme les Hérodiens, à des questions de prestige tangible ou à des rapports de force.

Entendre Jésus aujourd'hui, c'est aussi accepter ses reproches.

Il nous reproche d'avoir d'autre soucis que lui, d'autres désirs aussi, et de nous disputer à propos de pain matériel, de chercher toujours un coupable pour expliquer une situation, alors que lui est contesté dans sa mission et dans son message.

Il nous reproche d'avoir le cœur calleux, épaissi par l'habitude, qui ne réagit plus aux stimulations de l'Évangile et qui devient rétif à l'effort et paresseux pour irriguer tout l'être.

Il nous reproche surtout de ne pas voir Dieu à l'œuvre et de ne pas croire vraiment à sa propre puissance messianique :"Ne vous rappelez-vous pas ? Quand j'ai rompu les cinq pains pour les cinq mille hommes (c'était beaucoup moins qu'un pain pour treize !), combien de paniers pleins de morceaux vous avez emportés ?"

Quand nous commençons à craindre pour l'avenir, en disant qu'il reste peu de pains, ou peu de forces, Jésus nous rappelle que notre Dieu est le Dieu de la vie et de la surabondance, et il nous remet devant les yeux les paniers de surplus.

Quand nous sommes tentés de perdre cœur, ou de perdre le temps de la rédemption, Jésus refait pour nous les gestes d'Emmaüs, il nous fait entendre l'invitation de la Sagesse de Dieu :

"Venez manger de mon pain et boire le vin que j'ai préparés pour vous".

DANS LES VISIONS DE MARIA VALTORTA
 Date
Mercredi
23 mai 29
 Lieu
Jourdain
 Livre
Tome 6 – ch 421.6
3ème année vie publique

       (…) La foule gronde. Jésus fait un geste pour imposer le silence :
       « N’accueillez pas dans votre cœur ce qui vient d’eux, ni leurs insinuations, ni leurs explications, et pas même l’idée : “ Ils sont méchants et pourtant ils triomphent. ” Ne vous rappelez-vous pas les paroles de la Sagesse : “ Bref est le triomphe des criminels ” et celles des Proverbes : “ Mon fils, ne suis pas l’exemple des pécheurs et n’écoute pas les paroles des impies, car ils sont pris dans les chaînes de leurs propres méfaits et trompés par leur grande sottise ” ? N’accueillez pas en vous ce qui vient de ceux que vous-mêmes, malgré votre imperfection, estimez injustes : vous feriez place au levain qui les corrompt. Or le levain des pharisiens, c’est l’hypocrisie. Qu’elle n’existe jamais chez vous, ni à l’égard des formes du culte rendu à Dieu, ni dans vos relations avec vos frères. Gardez-vous du levain des pharisiens. Pensez qu’il n’est rien de secret qui ne puisse être découvert, rien de caché qui ne finisse par être connu.
       Vous le voyez : ils m’avaient laissé partir, puis ils ont semé la zizanie là où le Seigneur avait semé le bon grain. Ils croyaient avoir agi avec subtilité et être victorieux. Et il aurait suffi que vous ne m’ayez pas trouvé, que j’aie passé le fleuve sans laisser de traces sur l’eau qui reprend son aspect après que la proue l’a fendue, pour que triomphe leur mauvaise action, présentée sous un jour favorable. Mais leur jeu a vite été découvert et leur œuvre malfaisante neutralisée. Cela concerne tous les actes de l’homme.
       Mais il en est Un au moins qui les connaît et sait y parer : Dieu. Ce qui est dit dans l’obscurité finit par être dévoilé par la Lumière, ce que l’on ourdit dans le secret d’une chambre peut être découvert comme si on l’avait tramé sur une place publique. C’est que tout homme peut avoir un délateur. Tout homme est vu par Dieu, qui peut intervenir pour démasquer les coupables.
       Voilà pourquoi il faut toujours agir honnêtement pour vivre dans la paix. Et celui qui se conduit ainsi ne doit pas avoir peur, ni en cette vie, ni en l’autre. Non, mes amis, je vous le dis : que celui qui agit en juste ne craigne rien (…)

Lire le récit en entier

Ce courrier vous a plu ? Partagez-le !

Déposez une intention de prière, en faveur d’un de vos proches, en faveur de l’Église ou en faveur de ceux qui souffrent dans le monde.
Vous recevrez un email vous informant qu’un priant du Chapelet pour le monde intercédera pour vous auprès de la Sainte Vierge, Mère de Dieu et Mère de l’Église.

Je dépose une intention de prière

Un appel de l’équipe de Marie de Nazareth

Marie de Nazareth est un des acteurs numériques d’évangélisation catholique les plus actifs en langue française (Chaque mois 2 millions d’emails envoyés, 12 000 intentions de prières collectées et priées, 250 000 fans Facebook, etc.).

Nous sommes très fiers d’être une association à but non lucratif et de dépendre exclusivement de VOUS pour notre financement. Marie de Nazareth offre tous ses services gratuitement. Ni la publicité, ni les abonnements ne sont un mal en soi. Mais ce que nous avons reçu gratuitement nous tenons à le partager gratuitement et largement !

Marie de Nazareth est un outil d’évangélisation différent. Il dévoile la foi pas à 
pas. Il incite progressivement à la prière. Il s’appuie sur la Vierge Marie, l’étoile de l’Évangélisation. 

Depuis 16 ans, nous avons beaucoup travaillé pour que notre organisation soit efficace et économe. C’est un combat de chaque instant. 

Merci d’envisager de faire un don de 10€, 20€, 50€, 100 € ou de tout autre montant à votre portée ; en 2019 vous pourrez continuer à enrichir à votre rythme votre vie spirituelle !

Bonne année 2019, et que la Vierge Marie vous bénisse, vous et tous ceux que vous aimez !

Je fais un don

Jérôme Stevenson
Vice-président Marie de Nazareth

P.S. Notre système de paiement par Carte Bancaire est toujours très sûr et très rapide. Pour faire un paiement par chèque cliquez ici

Faire un don n’a jamais été aussi simple !

Vous pouvez à tout moment et très rapidement changer la fréquence des envois et gérer les emails que vous recevez.

Je gère les emails que je reçois
 
Pour résilier mon abonnement, cliquez ici
   
Abonnez-vous