Copy
   
 
L'ÉVANGILE DU JOUR
« Combien de pains avez-vous ? » (Mt 15, 29-37)

En ce temps-là, Jésus arriva près de la mer de Galilée. Il gravit la montagne et là, il s’assit. De grandes foules s’approchèrent de lui, avec des boiteux, des aveugles, des estropiés, des muets, et beaucoup d’autres encore ; on les déposa à ses pieds et il les guérit. Alors la foule était dans l’admiration en voyant des muets qui parlaient, des estropiés rétablis, des boiteux qui marchaient, des aveugles qui voyaient ; et ils rendirent gloire au Dieu d’Israël. Jésus appela ses disciples et leur dit : « Je suis saisi de compassion pour cette foule, car depuis trois jours déjà ils restent auprès de moi, et n’ont rien à manger. Je ne veux pas les renvoyer à jeun, ils pourraient défaillir en chemin. » Les disciples lui disent : « Où trouverons-nous dans un désert assez de pain pour rassasier une telle foule ? » Jésus leur demanda : « Combien de pains avez-vous ? » Ils dirent : « Sept, et quelques petits poissons. » Alors il ordonna à la foule de s’asseoir par terre. Il prit les sept pains et les poissons ; rendant grâce, il les rompit, et il les donnait aux disciples, et les disciples aux foules. Tous mangèrent et furent rassasiés. On ramassa les morceaux qui restaient : cela faisait sept corbeilles pleines. 

1ère lecture et psaume du jour | Le saint du jour

MÉDITER AVEC LES CARMES

Ce récit de la multiplication des pains intervient dans le contexte des guérisons au bord du lac et sur la montagne. Ainsi saint Matthieu montre Jésus accomplissant les prédictions d'Isaïe pour les temps du Messie : "Le Seigneur essuiera les larmes de tous les visages ; il préparera sur la montagne un festin (Is 25;6-9).

Vers la fin de l'Exil, un prophète anonyme avait repris ce thème de la "pitié" du Seigneur pour son peuple : "Sur toutes les routes, ils trouveront pâture, sur les monts chauves seront leurs pâturages, Ils n'auront plus faim ni soif (…) car Celui qui les prend en pitié les guidera" (Is 49,9) et Jésus fait écho au prophète lorsqu'il dit à ses disciples, après trois jours de labeur : "J'ai pitié de cette foule".

Ces correspondances entre le miracle des pains et les prophéties de l'Ancien Testament doivent nous mettre en éveil. En général, dans les Synoptiques, les miracles de Jésus sont des actes de puissance destinés à établir le Règne de Dieu contre la domination de Satan ; ici, chez Matthieu, affleure l'idée du miracle comme signe, qui sera si nette chez saint Jean ; le miracle des pains veut enseigner quelque chose au sujet de Jésus, il veut souligner qu'en Jésus s'accomplissent les promesses de l'Ancienne Alliance.

Nous sommes donc en face d'un miracle très spécial, le seul, d'ailleurs, qui soit rapporté par les quatre Évangélistes à la fois.

Quand on essaie de comprendre ce qui s'est passé ce jour-là, on se trouve devant un fait troublant, du moins de prime abord : alors que Luc et Jean racontent une seule multiplication, Marc et Matthieu en rapportent deux, l'une pour cinq mille hommes, l'autre pour quatre mille hommes.

Mais on a de bonnes raisons de penser que les deux récits sont deux variantes d'une même multiplication, toutes deux riches de matériaux pour la prédication des Apôtres, et toutes deux conservées par Marc et Matthieu, ce qui renforce l'impression que nous avons de nous trouver en face d'une scène extrêmement importante aux yeux de la chrétienté primitive.

Dans cet épisode du ministère en Galilée relevons quelques détails touchant l'attitude de Jésus et celle des disciples.

Dans l'attitude de Jésus, une chose vous aura frappés sans doute, c'est la ressemblance de ses gestes avec ceux du dernier souper

Jésus prit du pain …or tandis qu'ils mangeaient, Jésus prit du pain.

Il rendit grâces …et ayant rendu grâces.   

Les rompit …il le rompit.

Et il les donnait à ses disciples …et le donna à ses disciples en disant.

Il va sans dire que sur la montagne Jésus a distribué un pain matériel, et non l'Eucharistie, et pourtant toutes les traditions évangéliques de la multiplication des pains offrent une certaine coloration eucharistique dans les termes employés, ce qui montre que le lien entre la multiplication et la Cène a été établi très tôt dans la prédication chrétienne ; et il est très probable que Jésus lui-même, très consciemment, a voulu relier par une similitude de gestes la nourriture de la foule sur la montagne et l'institution de l'Eucharistie, le sacrement de son Corps livré pour la multitude.

Dans l'attitude des disciples, c'est leur question qui va nous retenir : "Où trouverons-nous dans le désert assez de pain pour rassasier une telle foule ?". Certes, Jésus a pris l'initiative, en disant : "J'ai pitié !", mais les disciples aussitôt se sentent partie prenante de cette miséricorde, et se veulent responsables de mettre en œuvre cette pitié de Jésus.

Et les voilà arrêtés par la disproportion de leurs moyens avec les besoins de la foule : sept pains et quelques poissons, qu'est-ce que cela pour des milliers d'hommes ? Tout comme nous, qui sentons douloureusement la disproportion entre ce que nous pouvons offrir jour après jour et les immenses besoins du monde à sauver.

Or ce contraste, ce déséquilibre entre les forces de l'homme et la puissance du Dieu qui sauve, est le principal des secrets du Royaume, que Jésus révélait aux pauvres de cœur. On donne beaucoup, quand on donne toute sa pauvreté ; on donne beaucoup, quand on donne son temps, son sérieux, sa compétence, sa loyauté ; car alors la puissance de Dieu se déploie dans la faiblesse des hommes : c'est avec les sept pains des disciples que Jésus va nourrir la foule.

Peu importent, dès lors, les limites imposées à notre action par le manque de temps, la précarité des moyens, les lourdeurs structurelles, peu importe l'isolement des témoins de Jésus : aujourd'hui, avec les forces et les lumières d'aujourd'hui, le Christ nous associe à son œuvre de paix et de justice et nous donne de redire : "J'ai pitié".

Tout se joue dans le quotidien. Tout commence par un nouveau regard sur les hommes. Et dans cette perspective évangélique, réussir sa vie, c'est se laisser donner par Dieu une certaine qualité du cœur, et se mettre à aimer avant tout ce que Dieu aime : la liberté et la miséricorde, la liberté d'un fils ou d'une fille qui acquiesce et assume, la miséricorde qui met chacun(e), à toute heure et en toute rencontre, au service d'un projet de vie.

DANS LES VISIONS DE MARIA VALTORTA
 Date
Jeudi
22 février 29
 Lieu
près d'Ippo
 Livre
Tome 5 – ch 354.4
3ème année vie publique

Enseignement de Jésus :

       « Voici un autre commentaire qui ennuiera les docteurs tatillons : l’application que je fais de cette vision évangélique. Je ne te fais pas méditer sur ma puissance et ma bonté, ni sur la foi et l’obéissance des disciples. Rien de cela. Je veux te montrer l’analogie de cet épisode avec l’action de l’Esprit Saint.        Vois : je donne ma parole. Je donne tout ce que vous pouvez comprendre, et par conséquent assimiler pour en faire une nourriture de l’âme. Mais vous vous êtes rendus tellement lents à comprendre par la fatigue et la faim que vous ne pouvez assimiler toute la nourriture qui se trouve dans ma parole. Il vous en faudrait beaucoup, énormément. Mais vous ne savez pas en recevoir beaucoup. Vous êtes si pauvres en forces spirituelles ! Cela vous pèse sans vous donner du sang et des forces. Et voici qu’alors l’Esprit Saint opère le miracle pour vous. Le miracle spirituel de la multiplication de la Parole. Il multiplie cette parole en vous en éclairant tous les sens les plus secrets, de façon que, sans vous alourdir d’un poids qui vous écraserait sans vous fortifier, vous vous en nourrissiez et ne tombiez plus d’inanition tout au long du désert de la vie.        Sept pains et quelques poissons !        J’ai prêché pendant trois ans et, comme le dit mon bien-aimé Jean, “ si on devait écrire toutes les paroles que j’ai prononcées et tous les miracles que j’ai accomplis pour vous offrir une nourriture abondante, capable de vous amener sans faiblesse jusqu’au Royaume, la terre ne suffirait pas pour en contenir les volumes ”. Mais si cela avait été fait, vous ne pourriez pas lire une telle masse d’écrits. Vous ne lisez, même pas comme vous le devriez, le peu qui a été écrit sur moi, l’unique sujet que vous devriez connaître, comme vous connaissez les mots les plus nécessaires dès l’âge le plus tendre.        Alors l’Amour vient et multiplie. Lui aussi, qui ne fait qu’un avec le Père et moi, a “ pitié de vous qui mourez de faim ” et, par un miracle qui se répète depuis des siècles, il double, décuple, centuple les significations, les lumières, le suc de chacune de mes paroles. Voilà donc un trésor sans fond de nourriture céleste. Il vous est offert par la Charité. Puisez-y sans crainte. Plus votre amour y puisera, plus celui-ci, qui est le fruit de l’Amour, déversera ses flots.        Dieu ne connaît pas de limites à ses richesses et à ses possibilités. Vous, vous êtes relatifs. Pas lui. Il est infini dans toutes ses œuvres, même en celle de pouvoir vous donner à chaque heure, en toute circonstance, les lumières dont vous avez besoin à cet instant précis. Et comme au jour de la Pentecôte, l’Esprit répandu sur les apôtres rendit leur parole compréhensible aux Parthes, aux Mèdes, aux Scythes, aux Cappadociens, aux habitants du Pont et de la Phrygie, et semblable à leurs langues natales aux Egyptiens et aux Romains, aux Grecs et aux Libyens, il vous offrira réconfort si vous pleurez, conseil si vous demandez conseil, participation de joie si vous êtes joyeux, par la même Parole.        Oh ! Réellement si l’Esprit vous éclaire : “ Va en paix et aspire à ne pas pécher ”, cette parole est une récompense pour celui qui n’a pas péché, encouragement pour celui qui, encore faible, ne veut pas pécher, pardon pour le coupable qui se repent, reproche tempéré de miséricorde pour celui qui n’a qu’une velléité de repentir. Encore n’est-ce là qu’une seule phrase et des plus simples. Mais combien il y en a dans mon Evangile ! Combien qui, comme des boutons de fleurs, après une averse et un soleil d’avril, s’ouvrent serrés sur la branche où d’abord il n’y en avait qu’un seul fleuri, puis la couvrent tout entière pour la joie de ceux qui les admirent.        Repose-toi maintenant. Que la paix de l’Amour soit avec toi. »

Lire le récit en entier

Faire connaître et aimer Jésus et Marie !

Cher(e) <<Prénom>>,

Vous lisez très souvent Jésus Aujourd’hui, c'est formidable ! Aujourd’hui nous avons besoin de vous. Nous ne sommes pas des vendeurs, nous sommes des chrétiens et des amoureux de Jésus et Marie. Ce service est gratuit et le restera : ce que nous avons reçu gratuitement, nous voulons le diffuser gratuitement. 

L’existence de Jésus Aujourd’hui dépend de dons de 30 € en moyenne. Si d’ici le 31 décembre, 500 personnes faisaient un don de 50 €, nos dépenses de l’année seraient financées. Merci

Je fais un don à Jésus Aujourd'hui

Que la Vierge Marie vous bénisse, vous et tous ceux que vous aimez.

Jérôme Stevenson
Vice-président Marie de Nazareth

P.S. Notre système de paiement par Carte Bancaire est toujours très sûr et très rapide. Pour faire un paiement par chèque cliquez ici

Faire un don n’a jamais été aussi simple !

Je fais un don à Jésus Aujourd'hui
Je choisis les emails que je reçois et je gère leur réception

Exprimez-vous sur l'Évangile du jour via nos réseaux sociaux :
. Cliquez ici POUR VOUS DESINSCRIRE DE CET ENVOI et ne plus recevoir "JESUS AUJOURD4HUI"
Copyright © 2018, All rights reserved.
Association Marie de Nazareth 226 rue Lecourbe Paris 75015 France
Texte des évangiles © AELF, Paris
Ecrits de Maria Valtorta © Centro Editoriale Valtortiano srl
Méditations des carmes © Editions du Carmel
Images © Hozana

Choisir les emails que je reçois, cliquez ici
   
Abonnez-vous