Copy
   
 
L'ÉVANGILE DU JOUR
« Dieu a envoyé son Fils dans le monde » (Jn 3, 16-21)

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et le Jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Celui qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ; mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu’il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en union avec Dieu. » 

1ère lecture et psaume du jour | Le saint du jour

MÉDITER AVEC LES CARMES

Curieuse contradiction dans ce passage de l'Évangile de Jean : d'un côté, Jésus dit : "Dieu n'a pas envoyé le Fils dans le monde pour juger le monde" ; et aussitôt après : "le jugement, le voici !"

Mais la contradiction n'est qu'apparente, car pour Jean il y a deux sortes de jugement, le jugement prononcé et le jugement provoqué.

Le jugement prononcé, avec sentence, est celui qui aura lieu à la fin des temps, lors du retour de Jésus glorieux, et ce jugement futur est associé dans les Évangiles au pouvoir du Fils de l'homme, au pouvoir du Christ, Seigneur de tous les temps.

Mais avant ce jugement prononcé, et tout au long de l'histoire des hommes, a lieu un autre jugement, le jugement qui est provoqué dans le cœur de chacun par l'irruption de la lumière, par la venue de Jésus dans le monde, porteur de la vérité de Dieu.

Face à cette lumière, face à Jésus lumière du monde, un discernement, une discrimination, un choix décisif s'opèrent dans la vie et la liberté de chacun. C'est cela, le jugement provoqué : "Le jugement, le voici, dit Jésus ; la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré l'obscurité à la lumière".

"Qui croit au fils n'est pas jugé" ; c'est-à-dire qu'il se range volontairement parmi les hommes du oui ; il se place volontairement dans le rayonnement de Jésus lumière. "Qui ne veut pas croire est déjà jugé" : il s'est déjà jugé, parce qu'il n'a pas voulu croire au nom du Fils unique de Dieu, c'est-à-dire à la personne du Fils de Dieu et à son rôle unique dans le salut du monde.

L'irruption de la lumière, du Christ lumière, dans le monde des hommes trace donc une frontière entre le oui et le refus, et cette frontière traverse non seulement des groupes humains, mais le cœur de chaque homme et la vie de chaque croyant. En chacun de nous cette frontière demeure mouvante, car nous n'avons pas fini d'accueillir la lumière, et de jour en jour, d'année en année, cette lumière de Jésus doit conquérir, influencer, apprivoiser de nouveaux secteurs de notre cœur, de notre agir et de notre liberté.

C'est pourquoi la lumière tout à la fois attire et fait peur.

Par le meilleur de nous-mêmes, nous venons d'instinct à la lumière de Jésus, la lumière qui a baigné notre conversion, notre baptême, notre engagement au service de l'Évangile. C'est cette lumière allègre de Pâques que nous demandons à Dieu dans le silence de la prière personnelle, c'est vers elle que nous approchons, lorsqu’ensemble nous célébrons la louange du Père et l'Eucharistie du Seigneur, réchauffant notre foi à la foi de la communauté.

Également nous fuyons cette lumière, lorsqu'elle risque d'éclairer de plein fouet les zones d'ombre ou de pénombre que nous voulons défendre, tel secteur d'activité dont nous restons propriétaires, telle habitude ou telle inertie à laquelle nous ne voulons pas renoncer, telle influence ou  telle relation qui n'est plus selon l'Évangile, et tous ces "à peu près" dans la vie de prière ou de service, qui font peu à peu des Béatitudes de Jésus une lettre morte, morte pour nous, morte pour des mourants.

"Quiconque fait le mal, dit Jésus, a de la haine pour la lumière et refuse de venir à la lumière, de crainte que ses œuvres ne soient démasquées". Dans la mesure, au contraire, où notre nourriture est de faire la volonté du Père, nous allons au-devant du rayonnement de Jésus, au-devant des clarifications, des remises en cause, au-devant du regard décapant de nos frères, parce que nous n'avons rien à perdre, rien à craindre, et tout à gagner à un supplément de lumière. Une seule chose importe : que nos œuvres, vraiment, soient accomplies en Dieu, et que Dieu, dans notre pauvreté, puisse accomplir ses merveilles.

DANS LES VISIONS DE MARIA VALTORTA
 Date
Jeudi
4 novembre 27
 Lieu
Géthsémani
 Livre
Tome 2 - ch 116.9
1ère année vie publique

(...) Ne baisse pas la tête, Nicodème. Je suis venu pour sauver, pas pour perdre. Dieu n’a pas envoyé son Fils unique dans le monde pour que ses habitants soient condamnés, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Dans le monde, j’ai trouvé tous les péchés, toutes les hérésies, toutes les idolâtries. Mais l’hirondelle qui vole rapidement au-dessus de la poussière peut-elle souiller son plumage ? Non. Elle n’apporte sur les tristes chemins de la terre qu’une virgule d’azur, une odeur de ciel. Elle lance un appel pour secouer les hommes, pour élever leur regard au-dessus de la boue et leur faire suivre son vol qui revient vers le ciel. Il en est ainsi de moi. Je viens pour vous emmener avec moi. Venez !… Celui qui croit au Fils unique n’est pas jugé. Il est déjà sauvé, car ce Fils parle au Père et dit : « Celui-ci m’aime. » Mais celui qui ne croit pas, il est inutile qu’il fasse des œuvres saintes. Il est déjà jugé car il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. (...)

Lire le récit en entier

Vous pouvez à tout moment et très rapidement changer la fréquence des envois et gérer les emails que vous recevez.

Je gère les emails que je reçois

Renouvelons personnellement et collectivement nos engagements de prière avec la Mère de Dieu et la Mère de l’Église.
Un moyen facile, simple et concret de soutenir notre persévérance.

J'y vais !

Un appel de l’équipe de Marie de Nazareth

Marie de Nazareth est un des acteurs numériques d’évangélisation catholique les plus actifs en langue française (Chaque mois 2 millions d’emails envoyés, 12 000 intentions de prières collectées et priées, 250 000 fans Facebook, etc.).

Nous sommes très fiers d’être une association à but non lucratif et de dépendre exclusivement de VOUS pour notre financement. Marie de Nazareth offre tous ses services gratuitement. Ni la publicité, ni les abonnements ne sont un mal en soi. Mais ce que nous avons reçu gratuitement nous tenons à le partager gratuitement et largement !

Marie de Nazareth est un outil d’évangélisation différent. Il dévoile la foi pas à 
pas. Il incite progressivement à la prière. Il s’appuie sur la Vierge Marie, l’étoile de l’Évangélisation. 

Depuis 16 ans, nous avons beaucoup travaillé pour que notre organisation soit efficace et économe. C’est un combat de chaque instant. 

Merci d’envisager de faire un don de 10€, 20€, 50€, 100 € ou de tout autre montant à votre portée. Grâce à vous, de nombreuses personnes pourront, comme vous, continuer à enrichir à leur rythme leur vie spirituelle !

Que la Vierge Marie vous bénisse, vous et tous ceux que vous aimez !

Je fais un don

Jérôme Stevenson
Vice-président Marie de Nazareth

P.S. Notre système de paiement par Carte Bancaire est toujours très sûr et très rapide. Pour faire un paiement par chèque cliquez ici

Faire un don n’a jamais été aussi simple !

 
Pour résilier mon abonnement, cliquez ici
   
Abonnez-vous