Copy
Dans ce numéro :
Tous ensemble pour un Madagascar plus vert !


Soixante millions d’arbres plantés, tel est le nombre que s’est fixé le gouvernement pour marquer les 60 années d’indépendance du pays mais également dans son initiative de reverdir Madagascar. La campagne de reboisement 2020 a été officiellement lancée le 19 janvier à Firarazana dans le district d’Ankazobe.

De tous les reboisements ayant été organisés à Madagascar, cette campagne a été celle qui a vu le plus d’engouement du public. Les différents ministères, les ONG nationales et internationales, le secteur privé, les associations ainsi que de simples citoyens se sont mobilisés pour prêter main-forte à la réalisation de cette initiative.
WCS Madagascar n’a pas manqué à l’appel du gouvernement. A peu près 350 jeunes plants ont été mis à terre par l’équipe lors de ce premier reboisement. « Nous soutenons l’initiative du gouvernement pour reverdir Madagascar », affirme Lovy Rasolofomanana, Country Director du Programme de WCS à Madagascar, qui avait également pris part à l’action. Toujours lui d’expliquer : « Il y a là, pour nous, un intérêt écologique. Le reboisement peut faire diminuer les pressions que subissent les forêts naturelles que nous protégeons. » Le Country Director ajoute  que WCS serait toujours prêt à participer à la suite de cette campagne. En 2019, WCS Madagascar a planté plus de 100 000 arbres dans le Nord-Est de Madagascar – un  objectif que nous cherchons à dépasser largement en 2020.

Et pas plus tard que le 28 février, WCS a tenu son engagement, en ayant participé à la journée de reboisement organisée par le Ministère des Affaires Étrangères à Imerintsiatosika. L'événement a rassemblé de nombreuses organisations dans le même objectif de reverdir la Grande Ile.

 
Restauration du Pont Forestier de Maintimbato/Anjanaharibe 
Soutien de l’association Eben!Holz e.V.
C’est suite à sa visite du site de restauration de WCS dans la Zone d’Occupation Contrôlée (ZOC) de Maintimbato, l’année dernière, que Silke Lichtenberg a fait part d’aider l’équipe sur terrain de WCS avec certains matériels indispensables. Silke est chercheur doctorant bénéficiant de l’appui de l’association Eben!Holz. Elle a été impressionnée par le travail de reforestation effectué dans cette forêt du Parc Naturel Makira et s’est mise à transmettre un message positif à Eben!Holz. Elle a salué les réalisations du projet malgré les défis auxquels l’équipe de WCS sur terrain fait face quotidiennement, tels que les pistes en pente et boueuses ainsi que d’innombrables traversées de rivière, pour rejoindre le site de restauration. Lors de son passage, Silke a tenu à prendre part et aider l’équipe à la transplantation de jeunes plants.
Enfin, chose promise est due : grâce à son engagement et son appui, l’équipe a reçu trois appareils GPS au mois de janvier pour renflouer leurs outils de travail. Toutes nos reconnaissances à Silke, à l’association Eben!Holz et aux communautés de base qui soutiennent la restauration forestière à Makira !
Culture de cacao durable 
Evénement médiatique au Zoo de Zurich.
Un rendez-vous des acteurs du cacao durable et équitable, co-organisé par le Zoo de Zürich, Coop Supermarket et Chocolats Halba/Sunray, s’est déroulé au Hall de Masoala du Zoo de Zurich, en Suisse, le 13 février 2020. Au programme : entretiens avec les représentants de planteurs de cacao de Madagascar et de Honduras et dégustation de chocolat.

Le projet « Cacao Madagascar » a été au cœur de l’évènement. Lancé en 2018 et mis en œuvre dans le paysage de MaMaBay aux alentours de Makira et Masoala dans le Nord-est de Madagascar en collaboration avec Chocolats Halba et le Zoo de Zurich, le projet a pour but de favoriser la culture durable du cacao fin, renommé pour son goût unique., Il s’agit de promouvoir la production naturelle des plantes, d’associer les arbres forestiers et les cacaoyers à d’autres cultures telles que des arbres fruitiers, les cultures de rente et les cultures annuelles répondant aux besoins journaliers des planteurs. La fertilité des sols sera améliorée, la biodiversité sera respectée et les producteurs verront leurs revenus augmenter grâce aux produits obtenues par cette approche d’agroforesterie dynamique. Le projet comprend aussi la formation d’un certain nombre de producteurs pilotes en culture associée à MaMaBay qui transmettront leur savoir à leur tour à leurs pairs.
Lors de cet évènement en Suisse, Madagascar était représenté par Felestin Randrianjafy, originaire de Marovovonana, une des communautés de base autour du Parc Naturel Makira.
Felestin Randrianjafy, Officier de l’Armée Malgache en retraite, est le président de la coopérative de planteurs de cacao, de vanille et de girofle dans son village. Il est l’un des promoteurs locaux de l’agroforesterie dynamique. La demande en produits biologiques continue d'augmenter au niveau mondial et la surface cultivée en mode bio également, selon la dernière édition de l'étude «The World of Organic Agriculture» (Le Monde de l'Agriculture Biologique) basée sur les données de 186 pays pour 2018. Avec Chocolats Halba, le Zoo de Zurich et Wildlife Conservation Society, le projet Cacao Madagascar vise non seulement à promouvoir la culture de cacao fin à travers la méthode d'agroforesterie dynamique mais aussi à donner aux petits cultivateurs la possibilité de gagner un revenu additionnel grâce au cacao tout en contribuant au maintien de la biodiversité du paysage MaMaBay.

Simpona Ecolodge d’Antsahabe
Le site a accès à l’électricité.

Afin d’améliorer l’expérience des touristes visitant le Parc Naturel Makira, un système d’électrification solaire a été installé au site écotouristique Simpona Ecolodge, grâce à l’appui généreux de Liz Clairbone Art Ortenberg Foundation (LCAOF). Ce système comprend deux panneaux solaires, des batteries et un câblage. Il permet l’éclairage et l’alimentation des équipements de la cuisine et des bungalows. Dès lors, la cuisine est pourvue d’un congélateur et d’un réfrigérateur fonctionnels pour garder les boissons et les aliments au frais.
Autre point important également : l’accès au site est amélioré et les circuits touristiques réhabilités ; le pont et les pistes boueuses sont remis en état. Depuis Maroantsetra, l’écolodge est environ à quatre heures en canot avec une à deux heures de marche.

A rappeler que ce site a été ouvert en 2014 et il est cogéré par WCS et l’association des communautés locales du village voisin, Andaparaty. Les revenus ont déjà permis à la communauté locale de construire leur propre hôpital communautaire et de réhabiliter leur école. A part le fait d’être un ecolodge, le site est également une station de recherche opérationnelle ouverte aux chercheurs scientifiques nationaux et internationaux souhaitant étudier la biodiversité exceptionnelle de Makira.


 
Tandavandriva Nosy Be
Plateforme Tandavandriva Nosy Be officialisée
La Plateforme Tandavandriva Nosy Be est enfin officialisée pour faire avancer le processus de mise en place et de gestion des activités de conservation du Tandavandriva. Elle vise à contribuer à l'amélioration des conditions de vie des populations et à la préservation des valeurs bioécologiques et halieutiques du Tandavandriva avec l’appui technique de WCS.

Aujourd’hui, la plateforme compte une trentaine de membres. Il s’agit des représentants régionaux des départements de la pêche, de l'environnement, du tourisme et du transport maritime, de la sécurité publique et maritime ainsi que des autorités locales et régionales de la région DIANA, des pêcheurs dans la zone, des opérateurs touristiques et les ONG œuvrant dans la conservation marine et la gestion durable des ressources halieutiques opérant dans la zone.
Tandavandriva Nosy Be est le nom donné au corridor de récif à l'ouest et au nord-ouest de l’Ile aux Parfums.

@WCS_Mada
WCSMada
Website
e-mail
Copyright © WCS Madagascar